Archimage 2010 Intervention de Fleur Chevalier et Matthieu Dubail

15 décembre 2010
Par

ARCHIMAGE 2010

Intervention de Fleur Chevalier et Matthieu Dubail

19 novembre 2010

 Compte rendu par Fleur Chevalier

 

Proposant de faire le point sur la place de l’audiovisuel dans les institutions patrimoniales en réunissant conservateurs, experts ou artistes, la dernière édition d’ARCHIMAGES, « De la création à l’exposition : les impermanences de l’œuvre audiovisuelle », organisée par l’Institut National du Patrimoine et la Bibliothèque Nationale de France, abordait, comme annoncé par son titre, les mutations liées au passage de l’analogique au numérique, et son impact sur la conservation du patrimoine audiovisuel. C’était l’endroit idéal, en somme, pour présenter les recherches du groupe Art Contemporain du C2RMF sur la numérisation des films argentiques. Cécile Dazord et Clotilde Boust étant parties à l’Eastern Analytical Symposium, nous avons donc pris le relais, avec Matthieu Dubail, pour présenter l’avancée de ces recherches à travers nos contributions respectives au projet.

 

Dans le cadre de la matinée consacrée conjointement aux thèmes de la « Conservation » et de la « Collection », notre intervention, intitulée « Obsolescence technologique et art contemporain : étude sur la numérisation des films argentiques », englobait deux axes : le cas du flicker film et le rendu de la couleur. Le but étant de démontrer la complémentarité de nos deux approches théorique et technique sur ces deux facettes du film, largement exploités par les cinéastes d’avant-garde ou underground.

 

Le flicker film, en tant que genre ou effet, s’enracine sur le phénomène du papillotement, se rapportant aussi bien à la perception humaine qu’au défilement de la pellicule, ponctué par la fermeture régulière de l’obturateur. Les cinéastes qui développent cette pratique détournent cette mécanique, inhérente au cinématographe. Néanmoins, son histoire est plutôt souterraine, perceptible dans les descriptions faites des films par leurs auteurs ou les historiens. Avant de pouvoir mesurer l’impact des numérisations sur le clignotement, il faut d’abord enquêter sur l’origine et les visées esthétiques du flicker, ainsi que sur ses effets psycho-physiologiques. Ces battements accentués de l’image, en tirant partie de l’oscillation lumineuse du projecteur, génèreraient, entre autres, de nouvelles couleurs, subjectives. D’où l’intérêt de réunir un corpus et d’établir l’histoire multiple d’une pratique qui, semble-t-il, influerait notamment sur notre perception des couleurs.

 

Matthieu Dubail, tout en présentant ses investigations techniques sur la couleur a d’ailleurs bien souligné ce fait : la numérisation équivaut à une transformation du film, et ne rime pas forcément avec la sauvegarde de ses effets souhaités sur le spectateur. L’étape de la correction colorimétrique lors de ce transfert ne va pas forcément de soi et pâtie du peu d’outils adaptés à ces demandes spécifiques : son expérience réalisée avec trois étalonneurs différents le prouve. La mesure des couleurs obtenues au final a démontré d’une part, que le résultat s’écarte non seulement beaucoup de l’original mais aussi qu’il variait en fonction des étalonneurs, et, d’autre part, que les couleurs des films ne sont pas toutes reproductibles sur l’écran. La constatation n’est pas vaine toutefois puisque des solutions semblant répondre au problème émergent de l’étude.

 

Dans le cadre d’un tel colloque, nos interventions ont rappelé, à juste titre, l’importance de saisir, afin d’en assurer la pérennité, la spécificité du film argentique, tout en l’envisageant dans son dispositif technologique global, à l’heure où il se retrouve abondamment représenté dans les collections audiovisuelles.

 


Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ; Chargée de l'art contemporain et notamment de l'étude des phénomènes d'obsolescence technologique

More Posts - Website

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Posté dans : Communications, Communications, Films et numérisation, Communications, Tous les billets

Les commentaires sont fermés.


Carnets de recherche