Obsolescence technologique

En 2006 le Groupe art contemporain du Département  recherche du C2RMF a initié un programme de recherche et d’étude consacré aux phénomènes d’obsolescence technologique.

Obsolescence [CpsClesSs] n. f.

  • 1958; mot angl. (1828), du lat. obsolescere « tomber en désuétude »
  • Didact. Fait de devenir périmé. – Spécialt (Econ.) Pour un bien, Fait d’être déprécié, périmé pour des raisons indépendantes de son usure physique mais liés au progrès technique, à l’évolution des comportements, à la mode, etc.; la dépréciation elle-même. => obsolète. Adj. OBSOLESCENT, ENTE.

Petit Robert, 2009

Notion

Au cours du 20è siècle, le champ de l’art contemporain n’a cessé de s’étendre à tous les niveaux de la chaîne qui de constituent (depuis la production des œuvres jusqu’à leur réception). Cette extension constante se manifeste par l’investissement de champs connexes (théoriques, scientifiques, culturels,…) et par la diversification, non seulement des matériaux, mais aussi des techniques et des technologies mobilisées au point de  n’admettre, sur le principe, aucune forme ni espèce de limitation.

Ce processus dynamique fait de l’art contemporain et de l’histoire de l’art un champ et une discipline sans cesse en construction. A cette instabilité chronique de la discipline s’ajoute l’admission, paradoxale au regard de l’ambition conservatoire des institutions patrimoniales, d’œuvres elles-mêmes instables, particulièrement en proie aux phénomènes de dégradation (parfois intégrés au processus de l’œuvre) et d’obsolescence.

La dégradation est un phénomène de vieillissement physique qui affecte les matériaux ; l’obsolescence se joue non pas au niveau des matériaux mais au niveau des matériels (des outils et des machines produits industriellement) et consiste en la mise hors circuit ou en l’éviction d’une technologie remplacée par une nouvelle jugée plus performante.

L’obsolescence technologique, qui a connu avec l’avènement du numérique une accélération sans précédent, fait peser sur les œuvres une lourde menace : face à la disparition de certaines technologies certaines œuvres ne peuvent plus être « réactivées ».

L’obsolescence technologique concerne ainsi toutes les œuvres contemporaines que l’on peut regrouper sous l’appellation « installations complexes » ; elle concerne plus précisément, à l’intérieur de ce champ, les installations mobilisant la mécanique, l’électricité ou l’électronique (« installations technologiques ») ; et plus encore, à l’intérieur de cet autre champ, les « installations médiatiques », installations mobilisant des technologies issues de l’audiovisuel. Les « installations médiatiques » se composent le plus souvent de données, enregistrées sur un support et restituées par le biais d’une machine de lecture.

Alors qu’il existe, pour aborder le vieillissement des matériaux des œuvres du patrimoine, un code déontologique et une profession (conservateur-restaurateur), il n’existe pas dans le champ des musées de code déontologique ni de profession susceptibles d’affronter et traiter les phénomènes d’obsolescence technologique affectant les œuvres.

Issus des beaux-arts traditionnels, les cadres déontologiques de la conservation et de la restauration apparaissent ainsi décalés et inadaptés à la gestion des phénomènes d’obsolescence technologique.

Contexte

La gestion des phénomènes d’obsolescence affectant les œuvres d’art contemporain constitue un front pionnier. Le programme initié par le C2RMF en 2006 s’est toutefois appuyé sur un certain nombre d’initiatives récentes (les premières datent du début des années 2000).

Créé en 1997, l’INCCA (International Network for the Conservation of Contemporary Art), piloté par l’ICN (The Neederlands Institute for Cultural Heritage)  a été l’un des premiers réseaux à fédérer des acteurs de l’art contemporain  autour de problématiques de conservation-restauration par le biais de colloques, de publications et d’une base de données collaborative.

Le Réseau des MEDIAS VARIABLES, créé par la Fondation Daniel Langlois à Montréal en collaboration avec le Guggenheim de New York, a véritablement théorisé la question de l’obsolescence technologique dans le champ de l’art contemporain. Le chantier ouvert par les MEDIAS VARIABLE de 2001 à 2005 s’est ensuite poursuivi de 2006 à 2010 sous la forme du projet DOCAM.

Le consortium MATTERS IN  MEDIA ARTS, composé des collectionneurs du New Art Trust, des MoMA de New York et San Francisco et de la Tate Modern à Londres, tente d’apporter des réponses pragmatiques aux responsables de collection dans la gestion courante notamment des acquisitions et des prêts d’œuvres relevant de ce que les anglo-saxons nomment les « time-based media » (les médias basés sur la durée).

Le ZKM (Zentrum fur Kunst und Medien / Centre des arts et des médias) de Karlsruhe a créé en 2004 un « Laboratorium für antiquierte Videosysteme/Laboratory for antique video systems » (Laboratoire de restauration des systèmes vidéos anciens).

En 2009, le Département restauration du MoMA de New York s’est doté d’une section « Performance and Media Arts ».

Dans la foulée du colloque Contemporary art who cares ? une branche francophone du réseau INCCA-f a été crée en 2010  par Cécile Dazord et Marie Hélène Breuil.

Projets et études autour de la question de l’obsolescence au C2RMF

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ; Chargée de l'art contemporain et notamment de l'étude des phénomènes d'obsolescence technologique

More Posts - Website