Archives par mot-clé : analogique

Fonds audiovisuels et obsolescence – Institut national du patrimoine, Formation permanente (cinéma)

La gestion des fonds audiovisuels patrimoniaux confrontés à l’obsolescence technologique

A la faveur de l’absence de limitations en termes de matériaux, procédés et techniques, caractéristiques de l’art contemporain (à partir des années 1960), des oeuvres, intégrant les technologies de l’image et du son, sont entrées dans les musées. Fait nouveau, les problèmes ne résident plus seulement dans le vieillissement des matériaux (phénomène physique), qui constitue le coeur de cible de la conservation et de la restauration traditionnelles, mais dans l’obsolescence technologique des matériels, remplacés par d’autres présentés comme plus performants (phénomène socio-économique)

 

Photo : Réserve, 2012 © Cécile Dazord

 

Conservation-Restauration face à l’obsolescence technologique : nécessité de forger un nouveau paradigme (Cécile Dazord, conservatrice)

Film argentique, vidéo analogique et numérisation : présentation de l’ensemble de la chaîne de conservation (Alice Moscoso)

Numérisation et dispositifs de visualisation: impacts sur la présevtation des effets visuels (Clotilde Boust)

Voir le programme : [Inp] fonds AV et obsolescence technologique_programme 2011-2 

 

 

 

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ;
Chargée de l’art contemporain et notamment de l’étude des phénomènes d’obsolescence technologique

More Posts - Website

Archimage 2010 Intervention de Fleur Chevalier et Matthieu Dubail

ARCHIMAGE 2010

Intervention de Fleur Chevalier et Matthieu Dubail

19 novembre 2010

 Compte rendu par Fleur Chevalier

 

Proposant de faire le point sur la place de l’audiovisuel dans les institutions patrimoniales en réunissant conservateurs, experts ou artistes, la dernière édition d’ARCHIMAGES, « De la création à l’exposition : les impermanences de l’œuvre audiovisuelle », organisée par l’Institut National du Patrimoine et la Bibliothèque Nationale de France, abordait, comme annoncé par son titre, les mutations liées au passage de l’analogique au numérique, et son impact sur la conservation du patrimoine audiovisuel. C’était l’endroit idéal, en somme, pour présenter les recherches du groupe Art Contemporain du C2RMF sur la numérisation des films argentiques. Cécile Dazord et Clotilde Boust étant parties à l’Eastern Analytical Symposium, nous avons donc pris le relais, avec Matthieu Dubail, pour présenter l’avancée de ces recherches à travers nos contributions respectives au projet.

 

Dans le cadre de la matinée consacrée conjointement aux thèmes de la « Conservation » et de la « Collection », notre intervention, intitulée « Obsolescence technologique et art contemporain : étude sur la numérisation des films argentiques », englobait deux axes : le cas du flicker film et le rendu de la couleur. Le but étant de démontrer la complémentarité de nos deux approches théorique et technique sur ces deux facettes du film, largement exploités par les cinéastes d’avant-garde ou underground.

 

Le flicker film, en tant que genre ou effet, s’enracine sur le phénomène du papillotement, se rapportant aussi bien à la perception humaine qu’au défilement de la pellicule, ponctué par la fermeture régulière de l’obturateur. Les cinéastes qui développent cette pratique détournent cette mécanique, inhérente au cinématographe. Néanmoins, son histoire est plutôt souterraine, perceptible dans les descriptions faites des films par leurs auteurs ou les historiens. Avant de pouvoir mesurer l’impact des numérisations sur le clignotement, il faut d’abord enquêter sur l’origine et les visées esthétiques du flicker, ainsi que sur ses effets psycho-physiologiques. Ces battements accentués de l’image, en tirant partie de l’oscillation lumineuse du projecteur, génèreraient, entre autres, de nouvelles couleurs, subjectives. D’où l’intérêt de réunir un corpus et d’établir l’histoire multiple d’une pratique qui, semble-t-il, influerait notamment sur notre perception des couleurs.

 

Matthieu Dubail, tout en présentant ses investigations techniques sur la couleur a d’ailleurs bien souligné ce fait : la numérisation équivaut à une transformation du film, et ne rime pas forcément avec la sauvegarde de ses effets souhaités sur le spectateur. L’étape de la correction colorimétrique lors de ce transfert ne va pas forcément de soi et pâtie du peu d’outils adaptés à ces demandes spécifiques : son expérience réalisée avec trois étalonneurs différents le prouve. La mesure des couleurs obtenues au final a démontré d’une part, que le résultat s’écarte non seulement beaucoup de l’original mais aussi qu’il variait en fonction des étalonneurs, et, d’autre part, que les couleurs des films ne sont pas toutes reproductibles sur l’écran. La constatation n’est pas vaine toutefois puisque des solutions semblant répondre au problème émergent de l’étude.

 

Dans le cadre d’un tel colloque, nos interventions ont rappelé, à juste titre, l’importance de saisir, afin d’en assurer la pérennité, la spécificité du film argentique, tout en l’envisageant dans son dispositif technologique global, à l’heure où il se retrouve abondamment représenté dans les collections audiovisuelles.

 

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ;
Chargée de l’art contemporain et notamment de l’étude des phénomènes d’obsolescence technologique

More Posts - Website

Archimage 2010 : Programme

Archimage 2010,  De la création à l’exposition : les impermanences de l’oeuvre audiovisuelle, INP, BnF et 24/24, 17-19 novembre 2010

Annonce

Archimages est un colloque professionnel sur le devenir en Europe des archives de cinéma et de l’audiovisuel. Il appartient au cycle des Rencontres européennes du patrimoine.

On a connu jadis le cinéma permanent, où l’on pouvait à toute heure entrer voir un long métrage de fiction à vedettes. Aujourd’hui, les débats autour du numérique ont remis en avant la permanence de l’enregistrement sur pellicule analogique, par opposition à l’inconnu du devenir des œuvres sur support numérique. Mais la création, si attentive aux matières et aux dispositifs, a suivi, pour à la fois en bénéficier et en jouer, tous les méandres des évolutions technologiques du cinéma et de l’audiovisuel, ce qui pose aujourd’hui de nombreuses questions de conservation et de présentation.

A l’heure du franchissement des frontières entre cinéma et vidéo,de la mutation des salles de cinéma, Archimages10 se propose de faire le point sur le statut, la place et le rôle de l’œuvre audiovisuelle,en particulier au sein des institutions patrimoniales. On abordera les différents moments (et les multiples difficultés) des politiques à mettre en œuvre, dans les musées comme dans les cinémathèques : production, acquisition, conservation, migration et duplication,exposition, avec des interventions d’experts, de créateurs et de conservateurs.
Friedrich Kittler ouvrira les travaux où alterneront pendant trois jours interventions et tables rondes.

Coordination : INP, en association avec le Collectif 24/25, la BnF et le CNAP

Programme du colloque : Progr_Archimage_2010

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ;
Chargée de l’art contemporain et notamment de l’étude des phénomènes d’obsolescence technologique

More Posts - Website

Eastern Analytical Symposium (EAS)

Eastern Analytical Symposium, New Jersey, November 15-18, 2010

L’Eastern analytical symposium (EAS) est avant tout un colloque de chimie analytique (l’un des plus grands rassemblement du genre aux Etats-Unis). La conservation des biens culturels (patrimoine architectural, monumental et beaux-arts) est inscrite dans ce cadre comme un domaine d’application possible des développements de la chimie analytique. Deux sessions étaient consacrées en 2010 à l’art contemporain : l’une, organisée par Tom Learner (Getty research institute), avait pour sujet les matériaux synthétiques, l’autre, coordonnée par Gwynne Ryan (Hirshhorn Museum) et dans laquelle était convié le groupe art contemporain du C2RMF, traitait de la conservation des données numériques.

Si la conservation des matériaux synthétiques a bien partie liée avec la chimie, celle des données numériques (sauf à travailler sur la conservation matérielle de supports d’enregistrement, ce qui n’est pas notre cas et n’était en réalité le cas que d’une seule intervenante de la session) n’utilise pas la chimie. Cette position de porte-à-faux nous est familière : le Département recherche du C2RMF est un laboratoire de physique-chimie. Traditionnellement, la conservation et la restauration traitent du vieillissement et des altérations physiques des matériaux, et non de l’obsolescence de matériels…

Néanmoins, dans ce contexte général dans lequel notre sujet pouvait sembler partiellement décalé, la session dans laquelle nous étions s’est avérée extrêmement cohérente et stimulante. Nous avions choisi de présenter une communication sur la numérisation des films argentiques. Nous travaillons depuis quelques temps sur ce sujet (voir les pages Films et numérisations ou Projets de ce blog). La plupart des études de conservation sur les numérisations portent sur les modalités de stockage de données et se focalisent sur la longévité et la pérennisation des données. Notre approche, centrée sur les modifications inéluctables, notamment au niveau de l’apparence et des effets visuels, introduites par le passage d’une technique à une autre (en l’occurrence d’une image photo-chimique à une image numérique), apparaît souvent comme singulière et isolée. Les interventions de David Rice (restaurateur film et archiviste numérique) et Ian Bogost (spécialiste du jeu vidéo), qui précédaient immédiatement la notre, s’inscrivaient dans une démarche rigoureusement similaire. David Rice a présenté une étude sur les problèmes et les artefacts engendrés par la migration des données vidéo conservées sur cassettes mini-DV en fichiers numériques. Ian Bogost a présenté une étude sur les modifications substantielles de l’apparence des images lors de l’émulation des jeux vidéos (de la console couplée au moniteur à tubes cathodiques à l’ordinateur). Nous espérons être en mesure de reproduire ou diffuser au moins partiellement ces deux communications.

Nous remercions encore Tom Learner et Gwynne Ryan pour cette invitation.

Annonce du colloque

Eastern Analytical Symposium and Exposition (EAS) is the world’s leading community for analytical chemists seeking the highest quality education and career development. Our wide variety of technical programs, globally recognized speakers, and large exhibition offer attendees highly applicable job training and an exceptional professional networking experience. At EAS, attendees improve their skills, validate research, interact with peers, experts, and vendors, achieve higher job performance and productivity, and enhance career opportunities.

EAS exhibitors access a highly targeted professional group in an environment renowned for its professional networking. This enables higher quality lead generation and stronger customer relationships.

EAS is the symposium of choice for analytical chemists, managers, and academicians desiring extraordinary professional development and relationships with noted authorities in the field.

Session «Digital media in cultural heritage », 16 novembre 2010 (annonce)

EAS has a conservation science programme ( see here) and in particular a section called :

Digital Media in Cultural Heritage: New Preservation Technologies,
organized in cooperation with New York Conservation Foundation
Chair: Gwynne Ryan, Hirshhorn Museum and Sculpture Garden

  1. Trends in the Conservation of Time-Based Media, Gwynne Ryan, Hirshhorn Museum and Sculpture Garden
  2. The Binary Loupe: Data Analysis as Part of a Pres- ervation Strategy for Digital Media, Chris Lacinak, David Rice, AudioVisual Preservation Solutions
  3. Phosphor and Dust: Simulating the Cathode Ray Tube for Computer and Video Media, Ian Bogost, The Georgia Institute of Technology
  4. Contemporary Art and Phenomena of Technological Obsolescence: Digitizing Artist’s Films, Cecile Dazord, Clotile Boust, Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France
  5. Standardization, Preservation, and Access to Cultural Heritage Digital Data, Fenella G. France, Library of Congress
  6. Research Studies on the Longevity of Digital Optical Media at the Library of Congress, Michele H. Youket, Library of Congres

Programme du colloque : Progr_EAS_2010

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ;
Chargée de l’art contemporain et notamment de l’étude des phénomènes d’obsolescence technologique

More Posts - Website