Archives par mot-clé : cinéma

Néon CINE : Séminaire au C2RMF, 8 janvier 2016

« Néon CINE »

Étude d’une enseigne appartenant à la Cinémathèque Française

Neon cine, Cinémathèque française / Remerciements à Laurent Mannoni & Laure Parchomenko Photo, RX : Anne Maigret et Elsa Lambert, C2RMF Mise en page : Vanessa Fournier @C2RMF, Vanessa Fournier
Neon cine, Cinémathèque française / Remerciements à Laurent Mannoni & Laure Parchomenko
Photo, RX : Anne Maigret et Elsa Lambert, C2RMF
Mise en page : Vanessa Fournier
@C2RMF, Vanessa Fournier

Amorcée dès les débuts du 20è siècle, par les expérimentations menées par les avant gardes sur fond de synthèse des arts, l’utilisation de la lumière artificielle par les artistes ne s’est jamais démentie depuis. Encore marginale dans les années 1950-60, au point que son utilisation suffit à identifier des mouvances – art « cinétique, « lumino-cinétique », « Op’art »,… – elle se généralise par la suite dans des œuvres très diverses, et selon des modalités variées, des plus intimistes aux plus spectaculaires. Ampoules à incandescences, tubes fluorescents, néons,… les sources lumineuses utilisées sont nombreuses en écho la production industrielle du moment.

Dans le cadre d’un programmes d’études et de recherches initié en 2006 sur l’impact de l’évolution des techniques pour la conservation des œuvres contemporaines, le groupe art contemporain du C2RMF a mené, depuis 2013, une étude sur le « néon ». Apparu et breveté en France au début du 20è siècle, le « néon » recourt à un matériel standard et produit industriellement, mais son processus de production suppose une mise en œuvre artisanale effectuée par un néoniste qui donne forme au verre. En conséquence, la substitution d’un néon lorsqu’il est épuisé suppose une re‑fabrication (ou réfection). En ce sens, le « néon » occupe une place tout à fait singulière dans le panorama des sources lumineuses, qui lui confère un traitement également particulier en matière de conservation.

Partant d’une présentation de la dernière étude de cas menée au C2RMF sur une enseigne de cinéma appartenant à la Cinémathèque française, « Néon CINE », les principaux problèmes de conservation posés par le néon dans le contexte patrimonial seront évoqués.

Intervenants :

Cécile Dazord (conservatrice, C2RMF),
Denis Lambert (néoniste, Lycée Dorian),
Laure Parchomenko (chargée de collection, Conservatoire des techniques – Cinémathèque française)

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ;
Chargée de l’art contemporain et notamment de l’étude des phénomènes d’obsolescence technologique

More Posts - Website

Filmforum / Spring school, Udine / Gorizia, 19-24 mars 2015

Udine/Gorizia
Filmforum 2015
XXII International Film Studies Conference
MAGIS Gorizia International Film Studies Spring School 
 18–24 mars 2015
videoarte-laboratorio-gorizia-22

« The Mutations of Images and the Evolution of Conservation and Restoration Practices »
Anne Cartier-Bresson (Atelier de Restauration et de Conservation des Photographies de la ville de Paris)
Cécile Dazord (Centre de recherche et de restauration des Musées de France, Paris)
Alex Michaan (Institut national
du patrimoine)

Simone Venturini (Università degli Studi di Udine), modérateur

Programme : Programme

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ;
Chargée de l’art contemporain et notamment de l’étude des phénomènes d’obsolescence technologique

More Posts - Website

Exposition Dynamo, table ronde « Arts et technique : mouvement, temps, lumière »

Conserver/exposer l’art cinétique
La restauration des œuvres à l’épreuve de l’obsolescence technologique

Grand Palais, 12 juin 2013, 18h30

Entrée libre et gratuite (lien)

logo copie

 

 

 

 

 

Comment conserver et restaurer les multiples matériaux et matériels utilisés dans l’art contemporain à l’heure où la durée des objets techniques, constamment remplacés par d’autres présentés comme plus performants, ne cesse de diminuer ?

Discussion encadrée par Marie-Hélène Breuil, professeur à l’École supérieure des beaux-arts de Tours-Angers-Le Mans, filière conservation-restauration des oeuvres sculptées

Intervenants :

Cécile Dazord, Conservatrice chargée de l’art contemporain au département recherche du Centre de recherche et de restauration des Musées de France

Alice Moscoso, restauratrice de films, chargée de la numérisation au Centre Pompidou

Laure Vidal, restauratrice indépendante

 

 

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ;
Chargée de l’art contemporain et notamment de l’étude des phénomènes d’obsolescence technologique

More Posts - Website

Fonds audiovisuels et obsolescence – Institut national du patrimoine, Formation permanente (cinéma)

La gestion des fonds audiovisuels patrimoniaux confrontés à l’obsolescence technologique

A la faveur de l’absence de limitations en termes de matériaux, procédés et techniques, caractéristiques de l’art contemporain (à partir des années 1960), des oeuvres, intégrant les technologies de l’image et du son, sont entrées dans les musées. Fait nouveau, les problèmes ne résident plus seulement dans le vieillissement des matériaux (phénomène physique), qui constitue le coeur de cible de la conservation et de la restauration traditionnelles, mais dans l’obsolescence technologique des matériels, remplacés par d’autres présentés comme plus performants (phénomène socio-économique)

 

Photo : Réserve, 2012 © Cécile Dazord

 

Conservation-Restauration face à l’obsolescence technologique : nécessité de forger un nouveau paradigme (Cécile Dazord, conservatrice)

Film argentique, vidéo analogique et numérisation : présentation de l’ensemble de la chaîne de conservation (Alice Moscoso)

Numérisation et dispositifs de visualisation: impacts sur la présevtation des effets visuels (Clotilde Boust)

Voir le programme : [Inp] fonds AV et obsolescence technologique_programme 2011-2 

 

 

 

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ;
Chargée de l’art contemporain et notamment de l’étude des phénomènes d’obsolescence technologique

More Posts - Website

Colorimetric Characterization of a Positive Film Scanner Using an Extremely Reduced Training Data Set

Colorimetric Characterization of a Positive Film Scanner Using an Extremely Reduced Training Data Set
Jean-Baptiste Thomas; University of Bourgogne; LE2I; Dijon, France Clotilde Boust; C2RMF; Paris, France

Abstract
In this work, we address the problem of having an accurate colorimetric characterization of a scanner for traditional posi- tive film in order to guarantee the accuracy of the color informa- tion during the digitization of a movie. The scanning of a posi- tive film is not an usual task, however it can happen for cultural heritage purpose. Art-movies, are often created and stored as positive-film in museums. One of the problems one can face for a colorimetric characterization is to have a reasonable number of measurements from an item. In this work we succeeded in having a reasonable accuracy with just a few number of measurement (typically 4 to 7 ∆Ea∗b units with 2 to less than 10 measurements).

Lire l’article : boust-CIC2011

In Color Imaging conference, San José, November 2011 : http://www.imaging.org/IST/conferences/cic/index.cfm

 

 

 

 

 

 

 

Clotilde Boust

– Chercheur Culture, Responsable du groupe imagerie du C2RMF
– Maître de Conférences, Univ Versailles et Nantes, en Science de l’information et de la communication, spécialité imagerie (2005-2013)
– Docteur de l’Université Paris 6, codirection MNHN, Telecom Paris et Océ PLT en Optronique, spécialité traitements perceptifs des images numériques (2005)
– Diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure Louis Lumière en photographie, traitement des images (1998)
– Licence de mathématiques 1995
– Deug math, physique et informatique 1994

More Posts

Archimage 2010 Intervention de Fleur Chevalier et Matthieu Dubail

ARCHIMAGE 2010

Intervention de Fleur Chevalier et Matthieu Dubail

19 novembre 2010

 Compte rendu par Fleur Chevalier

 

Proposant de faire le point sur la place de l’audiovisuel dans les institutions patrimoniales en réunissant conservateurs, experts ou artistes, la dernière édition d’ARCHIMAGES, « De la création à l’exposition : les impermanences de l’œuvre audiovisuelle », organisée par l’Institut National du Patrimoine et la Bibliothèque Nationale de France, abordait, comme annoncé par son titre, les mutations liées au passage de l’analogique au numérique, et son impact sur la conservation du patrimoine audiovisuel. C’était l’endroit idéal, en somme, pour présenter les recherches du groupe Art Contemporain du C2RMF sur la numérisation des films argentiques. Cécile Dazord et Clotilde Boust étant parties à l’Eastern Analytical Symposium, nous avons donc pris le relais, avec Matthieu Dubail, pour présenter l’avancée de ces recherches à travers nos contributions respectives au projet.

 

Dans le cadre de la matinée consacrée conjointement aux thèmes de la « Conservation » et de la « Collection », notre intervention, intitulée « Obsolescence technologique et art contemporain : étude sur la numérisation des films argentiques », englobait deux axes : le cas du flicker film et le rendu de la couleur. Le but étant de démontrer la complémentarité de nos deux approches théorique et technique sur ces deux facettes du film, largement exploités par les cinéastes d’avant-garde ou underground.

 

Le flicker film, en tant que genre ou effet, s’enracine sur le phénomène du papillotement, se rapportant aussi bien à la perception humaine qu’au défilement de la pellicule, ponctué par la fermeture régulière de l’obturateur. Les cinéastes qui développent cette pratique détournent cette mécanique, inhérente au cinématographe. Néanmoins, son histoire est plutôt souterraine, perceptible dans les descriptions faites des films par leurs auteurs ou les historiens. Avant de pouvoir mesurer l’impact des numérisations sur le clignotement, il faut d’abord enquêter sur l’origine et les visées esthétiques du flicker, ainsi que sur ses effets psycho-physiologiques. Ces battements accentués de l’image, en tirant partie de l’oscillation lumineuse du projecteur, génèreraient, entre autres, de nouvelles couleurs, subjectives. D’où l’intérêt de réunir un corpus et d’établir l’histoire multiple d’une pratique qui, semble-t-il, influerait notamment sur notre perception des couleurs.

 

Matthieu Dubail, tout en présentant ses investigations techniques sur la couleur a d’ailleurs bien souligné ce fait : la numérisation équivaut à une transformation du film, et ne rime pas forcément avec la sauvegarde de ses effets souhaités sur le spectateur. L’étape de la correction colorimétrique lors de ce transfert ne va pas forcément de soi et pâtie du peu d’outils adaptés à ces demandes spécifiques : son expérience réalisée avec trois étalonneurs différents le prouve. La mesure des couleurs obtenues au final a démontré d’une part, que le résultat s’écarte non seulement beaucoup de l’original mais aussi qu’il variait en fonction des étalonneurs, et, d’autre part, que les couleurs des films ne sont pas toutes reproductibles sur l’écran. La constatation n’est pas vaine toutefois puisque des solutions semblant répondre au problème émergent de l’étude.

 

Dans le cadre d’un tel colloque, nos interventions ont rappelé, à juste titre, l’importance de saisir, afin d’en assurer la pérennité, la spécificité du film argentique, tout en l’envisageant dans son dispositif technologique global, à l’heure où il se retrouve abondamment représenté dans les collections audiovisuelles.

 

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ;
Chargée de l’art contemporain et notamment de l’étude des phénomènes d’obsolescence technologique

More Posts - Website

Archimage 2010 : Programme

Archimage 2010,  De la création à l’exposition : les impermanences de l’oeuvre audiovisuelle, INP, BnF et 24/24, 17-19 novembre 2010

Annonce

Archimages est un colloque professionnel sur le devenir en Europe des archives de cinéma et de l’audiovisuel. Il appartient au cycle des Rencontres européennes du patrimoine.

On a connu jadis le cinéma permanent, où l’on pouvait à toute heure entrer voir un long métrage de fiction à vedettes. Aujourd’hui, les débats autour du numérique ont remis en avant la permanence de l’enregistrement sur pellicule analogique, par opposition à l’inconnu du devenir des œuvres sur support numérique. Mais la création, si attentive aux matières et aux dispositifs, a suivi, pour à la fois en bénéficier et en jouer, tous les méandres des évolutions technologiques du cinéma et de l’audiovisuel, ce qui pose aujourd’hui de nombreuses questions de conservation et de présentation.

A l’heure du franchissement des frontières entre cinéma et vidéo,de la mutation des salles de cinéma, Archimages10 se propose de faire le point sur le statut, la place et le rôle de l’œuvre audiovisuelle,en particulier au sein des institutions patrimoniales. On abordera les différents moments (et les multiples difficultés) des politiques à mettre en œuvre, dans les musées comme dans les cinémathèques : production, acquisition, conservation, migration et duplication,exposition, avec des interventions d’experts, de créateurs et de conservateurs.
Friedrich Kittler ouvrira les travaux où alterneront pendant trois jours interventions et tables rondes.

Coordination : INP, en association avec le Collectif 24/25, la BnF et le CNAP

Programme du colloque : Progr_Archimage_2010

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ;
Chargée de l’art contemporain et notamment de l’étude des phénomènes d’obsolescence technologique

More Posts - Website

Contemporary Art : Who Cares?

Contemporary Art : Who Cares ? colloque organisé par l’INCCA à Amsterdam, 9-11 juin 2010

Douze ans après le premier colloque organisé en 1999 sous l’intitulé Modern art: who cares ?, l’INCCA (International network for the conservation of contemporary art) a rassemblé à nouveau les professionnel de la conservation et de la restauration œuvrant dans le domaine de l’art contemporain.L’INCCA est l’un des premiers réseaux apparus sur ce sujet et sans doute l’un des plus fédérateurs. Sur le principe, l’INCCA n’est pas focalisé sur un aspect particulier et tous les problèmes conservatoires relatifs aux œuvres contemporaines ont droit de cité. En pratique, certains sujets sont récurrents. Au début des années 2000, l’accent était ainsi fortement mis sur la documentation des installations et l’intentionnalité de l’artiste. Dix ans plus tard, l’approche semble plus technique : les matériaux synthétique et les phénomènes d’obsolescence sont au premier rang des préoccupations. A ce jour, ces deux sujets suscitent encore un grand nombre d’interrogations et de perplexités…

Le public (intervenants et auditoire)  était essentiellement constitué de restaurateurs, responsables de collections et physico-chimistes. Peu de français étaient présents au regard de la forte mobilisation des néerlandais, belges, suisses, allemands, anglais, nord-américains et, dans une moindre mesure, italiens ou espagnols.

Le Groupe art contemporain du Département recherche du C2RMF a présenté un poster sur la numérisation des films argentiques qui sera reproduit dans la compilation éditée à l’issue du colloque : Boust Clotilde, Dubail Matthieu, Dazord Cécile, « Contemporary art and technological obsolescence : Film digitization and color rendering in avant-garde and experimental cinema ».

Voir le poster : Poster_CAWC

Annonce du colloque

http://www.incca.org/contemporaryartwhocares

Research and practices in contemporary art conservation

International symposium for (up-and-coming) professionals, from diverse disciplines, who are connected to the conservation of modern and contemporary art. Organised by the Netherlands Institute for Cultural Heritage (ICN), Foundation for the Conservation of Contemporary Art in the Netherlands (SBMK) and the University of Amsterdam (UvA).

Background – Modern Art: Who Cares? 1997

The 1997 symposium Modern Art: Who Cares? (MA:WC?) was one of the first international symposia to deal specifically with the problems of the conservation and restoration of modern art. The event was the culmination of a Dutch research project The Conservation of Modern Art (1995-97) and was meant to identify problems and to investigate possible solutions to these problems in order to develop methodology. Two years later in 1999, the results of the original research project as well as post-prints of the symposium were published in the book Modern Art: Who Cares? which is still considered a milestone for the profession. In addition, a direct result of discussions during MA: WC? was the formation of the International Network for the Conservation of Contemporary Art (INCCA).

Contemporary Art: Who Cares? 2010

The overall theme of the 2010 symposium Contemporary Art: Who Cares? (CA:WC?) is the current standard in care and conservation of modern and contemporarnetworky art. More that ten years after the first proposals for a methodological approach for this new domain of conservation, a new profession has emerged with its own set of specialist areas, its own research projects and its own training programmes. International collaborations, where shared research is the norm, have resulted in the development of good practice (methodological approaches, instruments, conservation techniques) as well as new training programmes and spin-off research projects on a national level.

At CA:WC? participants will share, learn from and discuss the outcomes of recent research projects in contemporary art, with special attention to installation art. Following in the footsteps of Modern Art: Who Cares? much of the programme is based upon a previous research project; this time the European project Inside Installations (2004-2007). Through open discussion, interactive learning and networking sessions, participants will be contributing to the development of this profession.

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ;
Chargée de l’art contemporain et notamment de l’étude des phénomènes d’obsolescence technologique

More Posts - Website

Art d’aujourd’hui, patrimoine de demain

Publication des actes du colloque Art d’aujourd’hui, patrimoine de demain, Conservation-restauration des oeuvres contemporaines — Art Today, Cultural properties of tomorrow, Conservation of contemporary artworks, 13è journées d’études de la SFIIC, INP, Paris, 24-26 juin 2009, Paris, SFIIC, 2010

(Section française de l’institut international de conservation)

Clotilde Boust, Cécile Dazord, Matthieu Dubail, Obsolescence technologique et art contemporain, Etude de la couleur lors de la numérisation de films argentiques

Lire l’article : Boust_Dazord_Dubail_SFIIC_2009

Annonce de la publication des actes du colloques :

Publication des actes du colloque autour de six thèmes principaux :

● Droit, éthique, déontologie
● Installations et mouvement
● Matériaux synthétiques
● Peinture, arts graphiques
● Photographie, nouveaux médias
● Art monumental et de plein air

Ces champs recouvrent les principales questions propres à l’art contemporain, que ce soit en matière de droit (propriété des œuvres, intervention de l’artiste, etc.), en matière d’installations (faut-il rénover certaines installations en remplaçant les matériaux d’origine ?) ou de nouveaux médias (informatique, etc.) ; les questions relatives à l’art monumental permettent d’illustrer des exemples de problème de l’intégration de l’art contemporain dans le paysage urbain ou dans l’environnement naturel.
Les articles sont publiés dans leur langue de présentation (français ou anglais) avec un résumé dans l’autre langue.

Tables des matières : SFIIC_TM_2009


Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ;
Chargée de l’art contemporain et notamment de l’étude des phénomènes d’obsolescence technologique

More Posts - Website

AMIA session, The Reel Thing – april 2010

Film Biennale 2010: Amsterdam
EYE Film Institute Netherlands (formerly the Filmmuseum) presents the Film Biënnale, featuring unique film events at special venues throughout Amsterdam from 7 to 11 April. The Film Biënnale showcases film productions which blur the boundaries between different artistic disciplines, merging music, art, theatre and poetry.

On April 7th, AMIA will present a half day session at the Biennale. The AMIA session will be followed by a half day of The Reel Thing.

Wednesday April 7, 2010
9:30 – 12:30 – AMIA seminar
13:30 – 17:00 – The Reel Thing

The AMIA session at the Biennale will explore online access to Audiovisual Archives. Traditionally film archives are responsible for providing access to archival audio-visual content. But access to on-line AV archives today is provided by a much wider variety of agents: from individuals to communities, from film festivals to academic programs. During this half day seminar a selected number of recent projects will be presented focusing on the who is providing access to audio-visual archives, why they are doing it and for whom.

Following the AMIA session, The Reel Thing will present a half day techical symposium. Dedicated to presenting the lastest technologies in audiovisual restoration and preservation. The Reel Thing brings together a unique lineup of laboratory technicians and specialists.

Clotilde Bous a présenté : « Film digitization : focus on visual effects conservations »

http://www.amianet.org/events/events/2010_biennale.php

http://www.filmmuseum.nl/website/exec/frontpageread/page.html?id=752155-6e6c2e66696c6d6d757365756d2e50616765

Clotilde Boust

– Chercheur Culture, Responsable du groupe imagerie du C2RMF
– Maître de Conférences, Univ Versailles et Nantes, en Science de l’information et de la communication, spécialité imagerie (2005-2013)
– Docteur de l’Université Paris 6, codirection MNHN, Telecom Paris et Océ PLT en Optronique, spécialité traitements perceptifs des images numériques (2005)
– Diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure Louis Lumière en photographie, traitement des images (1998)
– Licence de mathématiques 1995
– Deug math, physique et informatique 1994

More Posts