Archives de catégorie : Néon

Néon CINE : Séminaire au C2RMF, 8 janvier 2016

« Néon CINE »

Étude d’une enseigne appartenant à la Cinémathèque Française

Neon cine, Cinémathèque française / Remerciements à Laurent Mannoni & Laure Parchomenko Photo, RX : Anne Maigret et Elsa Lambert, C2RMF Mise en page : Vanessa Fournier @C2RMF, Vanessa Fournier
Neon cine, Cinémathèque française / Remerciements à Laurent Mannoni & Laure Parchomenko
Photo, RX : Anne Maigret et Elsa Lambert, C2RMF
Mise en page : Vanessa Fournier
@C2RMF, Vanessa Fournier

Amorcée dès les débuts du 20è siècle, par les expérimentations menées par les avant gardes sur fond de synthèse des arts, l’utilisation de la lumière artificielle par les artistes ne s’est jamais démentie depuis. Encore marginale dans les années 1950-60, au point que son utilisation suffit à identifier des mouvances – art « cinétique, « lumino-cinétique », « Op’art »,… – elle se généralise par la suite dans des œuvres très diverses, et selon des modalités variées, des plus intimistes aux plus spectaculaires. Ampoules à incandescences, tubes fluorescents, néons,… les sources lumineuses utilisées sont nombreuses en écho la production industrielle du moment.

Dans le cadre d’un programmes d’études et de recherches initié en 2006 sur l’impact de l’évolution des techniques pour la conservation des œuvres contemporaines, le groupe art contemporain du C2RMF a mené, depuis 2013, une étude sur le « néon ». Apparu et breveté en France au début du 20è siècle, le « néon » recourt à un matériel standard et produit industriellement, mais son processus de production suppose une mise en œuvre artisanale effectuée par un néoniste qui donne forme au verre. En conséquence, la substitution d’un néon lorsqu’il est épuisé suppose une re‑fabrication (ou réfection). En ce sens, le « néon » occupe une place tout à fait singulière dans le panorama des sources lumineuses, qui lui confère un traitement également particulier en matière de conservation.

Partant d’une présentation de la dernière étude de cas menée au C2RMF sur une enseigne de cinéma appartenant à la Cinémathèque française, « Néon CINE », les principaux problèmes de conservation posés par le néon dans le contexte patrimonial seront évoqués.

Intervenants :

Cécile Dazord (conservatrice, C2RMF),
Denis Lambert (néoniste, Lycée Dorian),
Laure Parchomenko (chargée de collection, Conservatoire des techniques – Cinémathèque française)

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ;
Chargée de l’art contemporain et notamment de l’étude des phénomènes d’obsolescence technologique

More Posts - Website

Technè 37 : « L’art contemporain à l’ère de l’obsolescence technologique »

Sortie du numéro 37 de la revue Technè

Techne 37
Image couverture (ensemble et détail) Atsuko Tanaka, Denkifuku (robe électrique) 1956/1999, Centre Pompidou MNAM-CCI. © Droits réservés/Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais/ Georges Meguerditchian.
Revue de Centre de recherche et de restauration des Musées de France (C2RMF)

Directrice du C2RMF : Marie Lavandier
Rédacteur en chef de Technè : Brigitte Bourgeois

Le numéro 37 a été piloté par Marie-Hélène Breuil & Cécile Dazord

Ce numéro est consacré à l’impact de l’évolution des techniques sur la conservation et la restauration des œuvres contemporaines.

Après une approche théorique du sujet, suivie d’un état des lieux des principales initiatives engagées à ce jour, les phénomènes d’obsolescence et leur impact sur la conservation des œuvres sont déclinés dans différents domaines – de la photographie et la musique au cinéma, en passant par les œuvres lumineuses ou animées de mouvements motorisés. La parole est ensuite donnée à des professionnels aux prises notamment avec la question cruciale et complexe de la documentation technique de ces œuvres. Le volume s’achève sur l’évocation d’expositions récentes faisant la part belle, non sans nostalgie, à des technologies obsolètes ou anciennes et, à ce titre susceptibles de le devenir.

22 x 28 cm, 128 p., 70 illustrations, parution : mai 2013
éditeur: Rmn, diffuseur: Flammarion

Disponible auprès des librairies comptoir RMN ou par commande  par commande en ligne : www.boutiquedemusees.fr (lien)

SOMMAIRE

Editorial, Marie Lavandier

Introduction, Marie-Hélène Breuil, Cécile Dazord

I-    La notion d’obsolescence technologique

  • Conserver à l’heure du consommable, Cécile Dazord
  • Art et technique au prisme du phénomène de l’obsolescence, Xavier Guchet
  • L’exigence de pérennité à l’épreuve de l’art contemporain, Nathalie Heinich

II- Etat des lieux

  •  Emerging institutional models and notions of expertise for the conservation of time-based media works of art, Pip Laurenson
  • Time-Based Media Art Conservation: Status Update, Gwynne Ryan
  • Les collections du Centre Pompidou et l’obsolescence, Véronique Sorano-Stedman

III-  Domaines et champs d’application

  • La photographie contemporaine sous le regard de la conservation et de la restauration : le cas du « Plan couleur et impressions numériques de la Ville de Paris », Anne Cartier-Bresson, Maud Blanc
  • La numérisation du patrimoine photographique : virtualisation et déréalisation de l’original, Jean-Gabriel Lopez
  •  Obsolescence technologique et survivance musicale : le cas des ondes Martenot, Stéphane Vaiedelich, Laurent Quartier
  • Témoignages sonores et critique des sources audiovisuelles, Luca Cossettini, Angelo Orcalli
  • La ré-électrification du lustre monumental Parigi (1925) confrontée à la disparition des lampes à incandescence, Mélanie Parmentier
  • Art contemporain, sources lumineuses et obsolescence, Cécile Dazord, Jean-Jacques Ezrati,
  • Réflexions sur l’obsolescence technologique dans l’art contemporain, Laure Vidal
  • Le suivi des œuvres en mouvement du MNAM-CCI. Etat des lieux, Astrid Lorenzen
  • Il restauro del film: una storia (post-)moderna, Simone Venturini
  • Obsolescence and Film Restoration. The Case of Colored Silent Films, Giovanna Fossati
  • « L’étude préalable » – Inventaire et analyse structurée d’une œuvre préalablement à sa mise en circulation pour un prêt : entretien avec Isabelle Merly, Isabelle Merly, Marie-Hélène Breuil, Cécile Dazord
  • Documentation technique et schéma constructeur : entretien avec Alain Péron, Alain Péron, Marie-Hélène Breuil, Cécile Dazord

IV-  L’obsolescence s’expose

  •  Néon. Who’s afraid of red, yellow and blue?, Maison rouge
  • TV asa collection presentation, Stedelijk Museum
  • Conservation de l’art numérique et accessibilité, Anne Lafôret

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ;
Chargée de l’art contemporain et notamment de l’étude des phénomènes d’obsolescence technologique

More Posts - Website

Technè 37 au Festival d’histoire de l’art de Fontainebleau

Présentation du numéro 37 de la revue Technè : L’art contemporain à l’ère de l’obsolescence technologique

Par Marie-Hélène Breuil et Cécile Dazord, vendredi 31 mai, Château de Fontainebleau, Salon des fleurs, 15h

Sans-titre-332x195

Le Ministère de la Culture et de la Communication, l’Institut national d’histoire de l’art et le Château de Fontainebleau s’associent, avec le concours du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, pour proposer la troisième édition du Festival de l’histoire de l’art les 31 mai, 1er et 2 juin 2013.

Entièrement gratuites, conçues comme un carrefour des publics et des savoirs, ces trois journées permettent de déambuler librement entre conférences, débats, concerts, expositions, projections, lectures et rencontres dans le château et dans plusieurs sites de la ville de Fontainebleau. Le Festival explore chaque année un thème. En 2011, 15 000 personnes étaient venues se confronter au thème de la Folie ; en 2012 18 000 visiteurs se sont laissés entraîner par celui du Voyage. En 2013 celui de l’éphémère donnera l’occasion au public de découvrir des arts assez peu étudiés en France. L’art de l’éphémère est celui de l’instant ou plus précisément celui d’un moment privilégié capable d’associer dans une parfaite harmonie l’architecture, la peinture, le costume, la musique… Le Festival abordera ainsi l’architecture éphémère des fêtes et cérémonies, toutes les productions occasionnelles : affiches, placards illustrés, officiels ou clandestins, graffiti, mais aussi les arts de la table, les arts prenant le corps pour support (coiffure, tatouages), la performance… Le sujet engage également un questionnement important sur la politique muséale, tiraillée aujourd’hui entre collections permanentes et expositions temporaires, et sur les conceptions fort différentes du rapport entre éphémère et durable dans les cultures et les arts du monde.

La présentation du numéro 37 de Technè

Le festival

 

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ;
Chargée de l’art contemporain et notamment de l’étude des phénomènes d’obsolescence technologique

More Posts - Website

Art contemporain : conserver, restaurer, remplacer

Évolutions, enjeux et transformations du patrimoine – 1913-2013
Séminaire collaboratif INP – HICSA – ED 441

L’objet de ce séminaire de recherche est d’aborder, sous plusieurs angles thématiques, les profondes mutations observées dans le domaine de la restauration et de la conservation du patrimoine culturel au cours des cent dernières années. Il se déroule dans le cadre du rapprochement entre l’Institut national du patrimoine, l’équipe HiCSA, dirigée par Philippe Dagen, et l’ED 441 dirigée par Dominique Poulot, entre lesquels s’est forgé le projet commun de créer une mention nouvelle « Restauration et conservation du patrimoine » pour le doctorat en histoire de l’art délivré par Paris I.

Dans le cadre du séminaire organisé par l’Institut national du patrimoine, en association avec l’Ecole doctorale en histoire de l’art de l’Université Paris 1 (ED 441), cette séance sera coordonnée par Sigrid Mirabaud, responsable du laboratoire du département des restaurateurs du patrimoine. Il y sera question de deux problématiques majeures en Art Contemporain, relatives aux matériaux plastiques : leur dégradation et leur obsolescence.

Que faut-il faire devant une œuvre ou une installation présentant des éléments plastiques très dégradés ou d’autres devenus obsolètes, introuvables sur le marché. Quel est le statut de ces éléments dans l’œuvre ? Pouvons-nous trouver des moyens de les conserver, voire de les restaurer, ou faut-il songer à les remplacer, pour garder à l’œuvre une cohérence de sens. En ce dernier cas, par quoi peut-on les remplacer ?

Interventions d’Agnès Lattuati-Derieux, CRCC ; Gilles Barabant, C2RMF département restauration ; Cécile Dazord, C2RMF département recherche ; Marie-Hélène Breuil, Ecole supérieure des beaux-arts de Tours, cursus conservation-restauration des œuvres sculptées.

Horaire et lieu : 27 mai 2013, 18h-20h – Institut national du patrimoine, Salle Lenoir – Mérimée

 

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ;
Chargée de l’art contemporain et notamment de l’étude des phénomènes d’obsolescence technologique

More Posts - Website

Restaurer l’écrit

« Les valeurs de l’écrit » :  Restaurer

EHESS, Paris Centre d’anthropologie de l’écriture
Séminaire 2012- 2013 :
Journée d’étude co-organisée par C. Bustarret, P. Falguières, B. Fraenkel et Y. Potin
jeudi 23 mai 2013, 10 h – 17 h, salle 587 (B, 5 étage)
190-198 Avenue de France 75013 Paris

« L’objet écrit a plusieurs vies. Qu’il s’agisse d’un manuscrit autographe, d’une affiche, d’une stèle gravée et de bien d’autres, la valeur d’un écrit varie. Lorsqu’un document est collectionné, il change de statut, il acquiert notamment une valeur vénale. Il devient susceptible d’être exposé, vendu et si besoin restauré. À l’arrière plan de ces pérégrinations, existent un marché, des experts, des évènements qui influent sur l’attribution de valeurs aux écrits et sur leur circulation. Le séminaire sur quatre opérations significatives : collectionner, exposer, commercer, restaurer. Il sera organisé en quatre journées d’études réunissant des chercheurs, des professionnels, des artistes et des étudiants. »

Yann Potin (Archives nationales, AdE) : « Enjeux de la restauration des écrits »
Denise Ogilvie (Archives nationales) : « Restaurer/découvrir : inscription matérielle de
l’écrit administratif ».
Mélanie Curdy (Restauratrice indépendante de peintures de chevalet et de peintures
murales) : « Des noms sur des murs. L’étude et la restauration des graffiti d’internés au
camp de Drancy »
Catherine Cottin (Archives de l’Orne) : « De la restauration à la numérisation : pratiques
aux Archives départementales de l’Orne ».
Pause déjeuner
Marie Christine Enshaïan (Restauratrice d’art graphique Musée Picasso, chargée de la
conservation préventive) et Emilia Philippot (Conservatrice au Musée Picasso) : « La ligne
dessinée, la ligne écrite, l’imprimé chez Picasso. La problématique de restauration d’un
papier imprimé dans un collage cubiste ».
Cécile Dazord  (Conservatrice chargée de l’art contemporain, C2RMF) : « Conserver des
œuvres intégrant du ‘néon’»
Ann L. Stoler (Professeur, New School, New York) : « Conclusion : Autour d’ Imperial Debris : On Ruins and Ruination (Duke University Press) »

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ;
Chargée de l’art contemporain et notamment de l’étude des phénomènes d’obsolescence technologique

More Posts - Website

Ecrire au néon

Table ronde à la Maison rouge
Fondation Antoine de Galbert, jeudi 10 mai 2012 à 19h 
Joseph Kossuth, Five fives (to Donald Judd), [1965] – Détail, Photo : Cécile Dazord, Paris, Maison rouge, 2012
À l’occasion de l’exposition Néon, Who’s afraid of red, yellow and blue ? 17 février – 20 mai 2012, Commissariat : David Rosenberg

Modération : Béatrice Fraenkel, Directrice d’études EHESS, Chaire « Anthropologie de l’écriture »
Abdou-Fataï Abiola, néoniste, meilleur ouvrier de France
Cécile Dazord, Conservatrice du patrimoine, Département recherche (art contemporain) du Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF)
Benjamin Thorel, critique d’art et commissaire indépendant
Su-Mei Tse, artiste

 

 

 

 

 

Photo : Détail néon, 2012 © Cécile Dazord

Parmi les œuvres exposées à la maison rouge, nombreuses sont les écritures au néon. Elles appartiennent à l’histoire méconnue des écritures lumineuses, d’abord pyrotechniques — faites de bougies, de torches, de feux d’artifice et autres — et plus récemment électriques, à base d’ampoules ou de diodes. L’arrivée des tubes de verre remplis de gaz rares, véritables « encres gazeuses », rouge, violet, jaune, a marqué une étape décisive.

L’écriture au néon procède d’une mimétique originale. Le tube est proche du trait sans en avoir toutefois la cursivité ; les pleins et les déliés manquent. De même, le tube se prête mal au traçé de grandes capitales angulaires de type monumental. L’écriture au néon décline un lettrage spécifique, invente des graphismes « macaroniques », ni solennels ni intimes. Un artiste comme Théo Van Doesburg dessinera pour l’Aubette à Strasbourg (1928) « une sévère écriture rectangulaire » applicable aussi bien à l’intérieur du bâtiment que pour la « réclame en néon lumière » de la façade.En regardant de près les œuvres exposées à la maison rouge on s’interroge : comment écrit-on au néon ? Quelles sont les contraintes auxquelles se confrontent les néonistes ? Quels types de projets leur proposent les artistes et comment y répondent-ils ?
Et du côté des artistes : quels dialogues s’engagent avec les artisans néonistes ?
Enfin : Comment vivent les écritures au néon dans le temps ? Quelles problématiques de conservation et de restauration soulèvent-elles ?

 

 

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ;
Chargée de l’art contemporain et notamment de l’étude des phénomènes d’obsolescence technologique

More Posts - Website