Films et numérisations

Passage de l’argentique au numérique : le cas particulier du film d’artiste (2008-2011)
Film argentique 35 mm, mesure spectrocolorimétrique par transmission, C2RMF - Clotilde Boust & Cécile Dazord
Film argentique 35 mm, mesure spectrocolorimétrique par transmission, C2RMF – Clotilde Boust & Cécile Dazord

Depuis la fin des années 1960 un nombre important et sans cesse croissant d’œuvres conservées dans des collections d’art contemporain est constitué d’images fixes ou en mouvement. Un certain nombre de ces images est aujourd’hui sur des supports et dans des formats obsolètes, ce qui a essentiellement pour conséquences qu’il devient difficile de produire de nouvelles copies lorsque les copies d’exploitation sont endommagées;  il devient difficile, lorsque l’état de conservation des originaux est mauvais, d’y remédier (autrement dit de les traiter ou de les remplacer par des supports identiques);  il devient difficile de trouver les appareils nécessaires à la lecture (ou à la diffusion) de ces images. Il devient donc tout simplement impossible de présenter un certain nombre d’œuvres des collections : leur accessibilité est menacée ainsi que leur conservation ou préservation.

Face à cette obsolescence conjuguée des supports, des formats et des machines de lecture, les responsables de collections procèdent fréquemment à la numérisation des fonds concernés.

Objet de la recherche : approche critique des numérisations, établissement d’un comparatif entre l’argentique et le numérique.

L’objet de la recherche menée au C2RMF se concentre sur les films argentiques et sur la préservation des effets couleurs et des effets temporels (notamment le papillotement ou flicker en anglais ) à l’issue du passage de l’argentique au numérique.

L’objet du projet développé n’est pas la conservation du support filmique (Cf. normes ISO). Il ne s’agit pas non plus d’envisager la question du stockage et de la pérennité des données numériques une fois les films numérisés (la normalisation est en cours sur ce point). L’orientation de la recherche menée au C2RMF vise plutôt à développer une approche critique des numérisations de films argentiques dans le contexte du cinéma d’avant garde ou expérimental qui constitue un cas d’école. Cette cinématographie, indépendante et en marge des circuits commerciaux de production et de distribution, fait de la technique un usage volontiers déviant ou détourné, posant de ce fait des problèmes accrus à la numérisation. L’idée, plus concrètement et en d’autres termes, est de se focaliser sur les modifications nécessairement induites par le changement de technologie (le passage de l’argentique au numérique) et de parvenir, notamment, à une évaluation des différences de rendu temporel et couleur entre un film argentique et sa numérisation en fonction des technologies mobilisées, des paramètres liés à la numérisation et des techniques de projection actuelles. Cette problématique se pose pour tous les films argentiques, mais plus particulièrement pour les films « d’avant garde » ou « expérimentaux » qui jouent de ces effets.

Préservation des effets temporels et couleurs à l’issue des numérisation.

–        Projet ISCC

(Institut des sciences de la communication du CNRS) – avec Mikros Image et Centre Pompidou (2008-2011)

–        Projet PNRCC

(programme national de recherche sur la connaissance  et la conservation des matériaux du patrimoine culturel) – avec Mikros Image , Centre Pompidou, Fonds national d’art contemporain, Ateliers de restauration et de conservation des photographies de la Ville de Paris, Cinémathèque Robert Lynen (2009-2011)

Consulter le rapport : PNRCC_Rapport_final

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ; Chargée de l'art contemporain et notamment de l'étude des phénomènes d'obsolescence technologique

More Posts - Website

Le blog du groupe Art contemporain, Département recherche du C2RMF