TOC

TOC, Techniques Obsolescence Conservation (2015-2016)
Lampes incandescence-tungstène, tungstène-halogène, fluo-compacte et à diodes électroluminescentes. © C2RMF/Anne Maigret
Lampes incandescence-tungstène, tungstène-halogène, fluo-compacte et à diodes électroluminescentes.
© C2RMF/Anne Maigret

 

Financé par la Fondation des sciences du patrimoine / LabEx Patrima,  le projet TOC, Techniques, obsolescence, conservation, vise à l’élaboration d’outils réflexifs et méthodologiques adaptés à la conservation-restauration à l’ère de l’obsolescence technologique.

Contexte

           Si l’horizon temporel d’une œuvre d’art ou d’un objet conservés dans un cadre patrimonial est a priori illimité, il n’en va pas de même de la durée de vie des artefacts qui les constituent. À travers l’intégration dans des collections patrimoniales d’objets produits en série, cette potentialité d’être consommé s’oppose au principe d’équivalence strict entre l’unicité de la matérialité et l’authenticité, fondateur de la conservation-restauration. Aujourd’hui, l’objet sériel substituable à l’identique semble appartenir à une époque révolue. Avec l’avènement du numérique, l’accroissement sans précédent des phénomènes d’obsolescence a considérablement réduit, non seulement la durée de fonctionnement des objets au sein d’une série, mais surtout la durée de vie des séries, types ou générations d’objets eux-mêmes. Contrairement à une obsolescence dite « programmée » qui désigne un raccourcissement du temps de fonctionnement des consommables et qu’il serait plus juste de nommer usure programmée, l’« obsolescence technique » ou « obsolescence par incompatibilité », qui affecte véritablement la conservation et la restauration des œuvres contemporaines, se joue au niveau du type et non de l’occurrence. Une classe entière d’objets est révoquée des circuits de production et de distribution et participe à l’avènement d’un système technique nouveau, incompatible avec le précédent.

            La notion d’obsolescence est globalement absente de la théorie de la conservation‑restauration – dont le socle demeure la Teoria del restauro de Cesare Brandi, publiée en 1963, conçue et élaborée avec pour horizon, essentiellement, les monuments historiques et les beaux-arts. Identifiée par de nombreux professionnels de la conservation du patrimoine comme une problématique actuelle majeure, l’obsolescence fait, aujourd’hui, l’objet d’initiatives disparates et cloisonnées. Fort de ce constat, il apparaît pertinent de mener une action fédératrice pour fonder en théorie cette problématique et doter la conservation‑restauration d’un socle commun de références, à partir duquel une déontologie peut ensuite être élaborée et déclinée dans différents secteurs du patrimoine.

Objectifs et stratégie de la recherche

           L’objectif scientifique principal du projet TOC est l’élaboration d’outils à la fois réflexifs et méthodologiques adaptés à la conservation patrimoniale à l’ère de l’obsolescence. La poursuite de cette recherche est séquencée en trois phases d’action, chacune répondant à un objectif spécifique.

Une première phase vise à produire un état des lieux de la problématique et à identifier des secteurs de collection et des corpus techniques concernés, ainsi que des domaines et des connaissances relevant des sciences et techniques de l’ingénieur susceptibles d’être mobilisés.
Une seconde phase a pour objectif, à partir de la constitution d’un corpus de textes croisant histoire, histoire de l’art et philosophie des techniques, d’élaborer des concepts visant à articuler à la théorie de la restauration des notions qui découlent de la présence d’objets techniques dans les collections patrimoniales.
Une troisième phase consiste en la mise au point, à partir des concepts élaborés, d’outils méthodologiques et applicatifs pour le champ de la conservation-restauration.

1/ État des lieux

           La première tâche consiste à dresser un état des lieux des collections patrimoniales confrontées à l’obsolescence. La collaboration entre le C2RMF, le Département de l’audiovisuel de la BnF et le Laboratoire de la Cité de la Musique, dans le cadre du projet TOC, a ainsi pour objectif d’identifier des problématiques communes à des secteurs de collections ou à des corpus isolés les uns des autres.
Un travail d’identification des œuvres affectées par les phénomènes d’obsolescence dans les collections d’art contemporain a été engagé par le Groupe art contemporain du C2RMF depuis 2006. Face à la diversité des techniques mobilisées, dans un champ qui se présente sans limites, une subdivision en quatre en catégories s’est imposée comme mode opératoire : lumière artificielle / mouvement motorisé électrifié / technologies de l’image et du son / technologies de l’information.
Dans une approche de connaissance des collections, un travail de repérage et de description des documents multisupport – composés de plusieurs supports de nature différente, dont au moins un support audiovisuel (son, vidéo ou électronique) – et des œuvres multimédia – fonctionnant par interaction avec un serveur –, présentes dans les collections de la BnF, contribue à l’état des lieux. Les documents multisupports, dont la partie audiovisuelle a été numérisée, ne sont diffusées au lecteur que sous forme numérique. Comment rendre compte, alors que le système de communication est dématérialisé, de la matérialité non seulement du support numérisé, mais de l’œuvre multisupport dans son ensemble (dispositif global, interaction des différents éléments comme seul moyen de performance de l’œuvre) ? De même, comment communiquer au public des œuvres multimédia connectées à un serveur (univers persistants type Second Life ou objets connectés comme le lapin Nabaztag), dès lors que les serveurs nécessaires à leur fonctionnement sont débranchés ?
Le corpus identifié au sein des collections du Musée de la musique interroge la conservation des gestes musicaux à partir de la conservation des fonctionnalités d’instruments confrontés à l’obsolescence.
Cette première étape permet de recenser les métiers et les compétences techniques et scientifiques concernés par ces problématiques, et, parallèlement, d’échafauder une typologie générale, adaptée aux différents domaines de la conservation.

2/ Synthèse théorique

            La deuxième phase du projet TOC vise à rassembler un corpus de textes de références et à identifier des concepts permettant de penser le statut de l’objet patrimonial, lorsqu’il est composé de produits consommables et confronté à un processus d’obsolescence. A défaut de prétendre établir des guidelines utilisables par tous les secteurs des métiers du patrimoine, l’élaboration d’une boîte à outils conceptuels permet d’envisager avec une plus grande souplesse la diversité des enjeux techniques et patrimoniaux propres à cette question. Cette boîte à outils prend notamment la forme d’une anthologie de textes consacrés aux trois piliers de cette recherche : technique – obsolescence – conservation, et abordés comme un champ de forces, par le biais de couples d’oppositions : création et innovation, technique et artisanat, pérennité et obsolescence, sérialité et originalité, concept et réalisation technique…

            La collaboration entre professionnels de différents secteurs du patrimoine et universitaire, issus de diverses disciplines (spécialistes d’histoire de l’art ou d’histoire et de philosophie des techniques notamment), concourt à l’élaboration d’un socle de références commun et constitue une condition sine qua non pour fonder théoriquement la notion d’obsolescence.

3/ Élaboration d’outils applicatifs pour la conservation-restauration

            Sur la base des deux premières étapes, le projet TOC vise, enfin, à proposer des outils applicatifs, utilisables par les professionnels du patrimoine confrontés aux phénomènes d’obsolescence. À partir de l’étude de corpus de natures différentes, mis à disposition par des institutions partenaires, des modèles de constat d’état, de documentation et, le cas échéant, de cahiers des charges pour la production ou la re‑production pourront être élaborés. Dans certains cas, un modèle de captation dynamique peut permettre de proposer une lecture type tant que l’environnement technologique fonctionne dans sa forme initiale, à des fins de documentation et d’aide à une possible recréation.

            Les modèles génériques, conçus indépendamment des corpus sont sujets à caution, tant les régimes de production (persistance dans certaines chaînes de production industrielle de mises en œuvre artisanales), d’obsolescence (transformations partielles, mutations substantielles, bannissement radical), d’appropriation par les artistes (production industrialisée, bricolages, détournements), d’intégration dans les collections (patrimoines scientifiques et techniques, bibliothèques et archives, art contemporain) et de communication au public (exposition d’œuvres, diffusion de contenus numérisés) diffèrent selon les objets techniques considérés. L’intérêt et l’originalité du projet TOC, qui le distingue des initiatives existantes, reposent sur cette approche adaptative, non-systématique et pluridisciplinaire. (Cf. Technè n. 37 mentionné en bibliographie, notamment les articles de Stéphane Vaïedelich et Laurent Quartier, « Obsolescence technologique et survivance musicale », pp. 66-71 ou de Cécile Dazord et Jean-Jacques Ezrati, « Art contemporain, sources lumineuses et obsolescence technologique », pp. 83-88).

Partenaires

Groupe art contemporain, département recherche du C2RMF :
Cécile Dazord, porteur du projet

 

Logo BNFDépartement de l’audiovisuel de la BNF :
Louise Fauduet
Xavier Loyant


Equipe conservation et recherche, Cité de la musiquePhilharmonie 2
: Stéphane Vaïedelich

 

Heudiasyc de l’UTC de Compiègne :
Bruno Bachimont

UR Bricologie de la Villa Arson :
Thomas Golsenne

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ; Chargée de l'art contemporain et notamment de l'étude des phénomènes d'obsolescence technologique

More Posts - Website

Le blog du groupe Art contemporain, Département recherche du C2RMF