Archives par mot-clé : conservateur

Fonds audiovisuels et obsolescence – Institut national du patrimoine, Formation permanente (cinéma)

La gestion des fonds audiovisuels patrimoniaux confrontés à l’obsolescence technologique

A la faveur de l’absence de limitations en termes de matériaux, procédés et techniques, caractéristiques de l’art contemporain (à partir des années 1960), des oeuvres, intégrant les technologies de l’image et du son, sont entrées dans les musées. Fait nouveau, les problèmes ne résident plus seulement dans le vieillissement des matériaux (phénomène physique), qui constitue le coeur de cible de la conservation et de la restauration traditionnelles, mais dans l’obsolescence technologique des matériels, remplacés par d’autres présentés comme plus performants (phénomène socio-économique)

 

Photo : Réserve, 2012 © Cécile Dazord

 

Conservation-Restauration face à l’obsolescence technologique : nécessité de forger un nouveau paradigme (Cécile Dazord, conservatrice)

Film argentique, vidéo analogique et numérisation : présentation de l’ensemble de la chaîne de conservation (Alice Moscoso)

Numérisation et dispositifs de visualisation: impacts sur la présevtation des effets visuels (Clotilde Boust)

Voir le programme : [Inp] fonds AV et obsolescence technologique_programme 2011-2 

 

 

 

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ; Chargée de l'art contemporain et notamment de l'étude des phénomènes d'obsolescence technologique

More Posts - Website

Cahiers du Musée des confluences, vol.7: Innovation

Publication des Cahiers du Musée des confluences, vol. 7 : Innovation, août 2011

CécileDazord «Innovation et art contemporain : le spectre du progrès, le fantasme de l’immatériel, la réalité de la technique. », Cahiers du Musée des confluences, vol. 7 (Innovation), Lyon, été 2011, p. 105-115

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire l’articleDazord_Article_Confluences_2011

 

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ; Chargée de l'art contemporain et notamment de l'étude des phénomènes d'obsolescence technologique

More Posts - Website

Archimage 2010 Intervention de Fleur Chevalier et Matthieu Dubail

ARCHIMAGE 2010

Intervention de Fleur Chevalier et Matthieu Dubail

19 novembre 2010

 Compte rendu par Fleur Chevalier

 

Proposant de faire le point sur la place de l’audiovisuel dans les institutions patrimoniales en réunissant conservateurs, experts ou artistes, la dernière édition d’ARCHIMAGES, « De la création à l’exposition : les impermanences de l’œuvre audiovisuelle », organisée par l’Institut National du Patrimoine et la Bibliothèque Nationale de France, abordait, comme annoncé par son titre, les mutations liées au passage de l’analogique au numérique, et son impact sur la conservation du patrimoine audiovisuel. C’était l’endroit idéal, en somme, pour présenter les recherches du groupe Art Contemporain du C2RMF sur la numérisation des films argentiques. Cécile Dazord et Clotilde Boust étant parties à l’Eastern Analytical Symposium, nous avons donc pris le relais, avec Matthieu Dubail, pour présenter l’avancée de ces recherches à travers nos contributions respectives au projet.

 

Dans le cadre de la matinée consacrée conjointement aux thèmes de la « Conservation » et de la « Collection », notre intervention, intitulée « Obsolescence technologique et art contemporain : étude sur la numérisation des films argentiques », englobait deux axes : le cas du flicker film et le rendu de la couleur. Le but étant de démontrer la complémentarité de nos deux approches théorique et technique sur ces deux facettes du film, largement exploités par les cinéastes d’avant-garde ou underground.

 

Le flicker film, en tant que genre ou effet, s’enracine sur le phénomène du papillotement, se rapportant aussi bien à la perception humaine qu’au défilement de la pellicule, ponctué par la fermeture régulière de l’obturateur. Les cinéastes qui développent cette pratique détournent cette mécanique, inhérente au cinématographe. Néanmoins, son histoire est plutôt souterraine, perceptible dans les descriptions faites des films par leurs auteurs ou les historiens. Avant de pouvoir mesurer l’impact des numérisations sur le clignotement, il faut d’abord enquêter sur l’origine et les visées esthétiques du flicker, ainsi que sur ses effets psycho-physiologiques. Ces battements accentués de l’image, en tirant partie de l’oscillation lumineuse du projecteur, génèreraient, entre autres, de nouvelles couleurs, subjectives. D’où l’intérêt de réunir un corpus et d’établir l’histoire multiple d’une pratique qui, semble-t-il, influerait notamment sur notre perception des couleurs.

 

Matthieu Dubail, tout en présentant ses investigations techniques sur la couleur a d’ailleurs bien souligné ce fait : la numérisation équivaut à une transformation du film, et ne rime pas forcément avec la sauvegarde de ses effets souhaités sur le spectateur. L’étape de la correction colorimétrique lors de ce transfert ne va pas forcément de soi et pâtie du peu d’outils adaptés à ces demandes spécifiques : son expérience réalisée avec trois étalonneurs différents le prouve. La mesure des couleurs obtenues au final a démontré d’une part, que le résultat s’écarte non seulement beaucoup de l’original mais aussi qu’il variait en fonction des étalonneurs, et, d’autre part, que les couleurs des films ne sont pas toutes reproductibles sur l’écran. La constatation n’est pas vaine toutefois puisque des solutions semblant répondre au problème émergent de l’étude.

 

Dans le cadre d’un tel colloque, nos interventions ont rappelé, à juste titre, l’importance de saisir, afin d’en assurer la pérennité, la spécificité du film argentique, tout en l’envisageant dans son dispositif technologique global, à l’heure où il se retrouve abondamment représenté dans les collections audiovisuelles.

 

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ; Chargée de l'art contemporain et notamment de l'étude des phénomènes d'obsolescence technologique

More Posts - Website

Archimage 2010 : Programme

Archimage 2010,  De la création à l’exposition : les impermanences de l’oeuvre audiovisuelle, INP, BnF et 24/24, 17-19 novembre 2010

Annonce

Archimages est un colloque professionnel sur le devenir en Europe des archives de cinéma et de l’audiovisuel. Il appartient au cycle des Rencontres européennes du patrimoine.

On a connu jadis le cinéma permanent, où l’on pouvait à toute heure entrer voir un long métrage de fiction à vedettes. Aujourd’hui, les débats autour du numérique ont remis en avant la permanence de l’enregistrement sur pellicule analogique, par opposition à l’inconnu du devenir des œuvres sur support numérique. Mais la création, si attentive aux matières et aux dispositifs, a suivi, pour à la fois en bénéficier et en jouer, tous les méandres des évolutions technologiques du cinéma et de l’audiovisuel, ce qui pose aujourd’hui de nombreuses questions de conservation et de présentation.

A l’heure du franchissement des frontières entre cinéma et vidéo,de la mutation des salles de cinéma, Archimages10 se propose de faire le point sur le statut, la place et le rôle de l’œuvre audiovisuelle,en particulier au sein des institutions patrimoniales. On abordera les différents moments (et les multiples difficultés) des politiques à mettre en œuvre, dans les musées comme dans les cinémathèques : production, acquisition, conservation, migration et duplication,exposition, avec des interventions d’experts, de créateurs et de conservateurs.
Friedrich Kittler ouvrira les travaux où alterneront pendant trois jours interventions et tables rondes.

Coordination : INP, en association avec le Collectif 24/25, la BnF et le CNAP

Programme du colloque : Progr_Archimage_2010

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ; Chargée de l'art contemporain et notamment de l'étude des phénomènes d'obsolescence technologique

More Posts - Website

Art d’aujourd’hui, patrimoine de demain

Publication des actes du colloque Art d’aujourd’hui, patrimoine de demain, Conservation-restauration des oeuvres contemporaines — Art Today, Cultural properties of tomorrow, Conservation of contemporary artworks, 13è journées d’études de la SFIIC, INP, Paris, 24-26 juin 2009, Paris, SFIIC, 2010

(Section française de l’institut international de conservation)

Clotilde Boust, Cécile Dazord, Matthieu Dubail, Obsolescence technologique et art contemporain, Etude de la couleur lors de la numérisation de films argentiques

Lire l’article : Boust_Dazord_Dubail_SFIIC_2009

Annonce de la publication des actes du colloques :

Publication des actes du colloque autour de six thèmes principaux :

● Droit, éthique, déontologie
● Installations et mouvement
● Matériaux synthétiques
● Peinture, arts graphiques
● Photographie, nouveaux médias
● Art monumental et de plein air

Ces champs recouvrent les principales questions propres à l’art contemporain, que ce soit en matière de droit (propriété des œuvres, intervention de l’artiste, etc.), en matière d’installations (faut-il rénover certaines installations en remplaçant les matériaux d’origine ?) ou de nouveaux médias (informatique, etc.) ; les questions relatives à l’art monumental permettent d’illustrer des exemples de problème de l’intégration de l’art contemporain dans le paysage urbain ou dans l’environnement naturel.
Les articles sont publiés dans leur langue de présentation (français ou anglais) avec un résumé dans l’autre langue.

Tables des matières : SFIIC_TM_2009


Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ; Chargée de l'art contemporain et notamment de l'étude des phénomènes d'obsolescence technologique

More Posts - Website

AMIA session, The Reel Thing – april 2010

Film Biennale 2010: Amsterdam
EYE Film Institute Netherlands (formerly the Filmmuseum) presents the Film Biënnale, featuring unique film events at special venues throughout Amsterdam from 7 to 11 April. The Film Biënnale showcases film productions which blur the boundaries between different artistic disciplines, merging music, art, theatre and poetry.

On April 7th, AMIA will present a half day session at the Biennale. The AMIA session will be followed by a half day of The Reel Thing.

Wednesday April 7, 2010
9:30 – 12:30 – AMIA seminar
13:30 – 17:00 – The Reel Thing

The AMIA session at the Biennale will explore online access to Audiovisual Archives. Traditionally film archives are responsible for providing access to archival audio-visual content. But access to on-line AV archives today is provided by a much wider variety of agents: from individuals to communities, from film festivals to academic programs. During this half day seminar a selected number of recent projects will be presented focusing on the who is providing access to audio-visual archives, why they are doing it and for whom.

Following the AMIA session, The Reel Thing will present a half day techical symposium. Dedicated to presenting the lastest technologies in audiovisual restoration and preservation. The Reel Thing brings together a unique lineup of laboratory technicians and specialists.

Clotilde Bous a présenté : « Film digitization : focus on visual effects conservations »

http://www.amianet.org/events/events/2010_biennale.php

http://www.filmmuseum.nl/website/exec/frontpageread/page.html?id=752155-6e6c2e66696c6d6d757365756d2e50616765

Clotilde Boust

- Chercheur Culture, Responsable du groupe imagerie du C2RMF - Maître de Conférences, Univ Versailles et Nantes, en Science de l'information et de la communication, spécialité imagerie (2005-2013) - Docteur de l'Université Paris 6, codirection MNHN, Telecom Paris et Océ PLT en Optronique, spécialité traitements perceptifs des images numériques (2005) - Diplômée de l'Ecole Nationale Supérieure Louis Lumière en photographie, traitement des images (1998) - Licence de mathématiques 1995 - Deug math, physique et informatique 1994

More Posts