Archives par mot-clé : documentation

Néon CINE : Séminaire au C2RMF, 8 janvier 2016

« Néon CINE »

Étude d’une enseigne appartenant à la Cinémathèque Française

Neon cine, Cinémathèque française / Remerciements à Laurent Mannoni & Laure Parchomenko Photo, RX : Anne Maigret et Elsa Lambert, C2RMF Mise en page : Vanessa Fournier @C2RMF, Vanessa Fournier
Neon cine, Cinémathèque française / Remerciements à Laurent Mannoni & Laure Parchomenko
Photo, RX : Anne Maigret et Elsa Lambert, C2RMF
Mise en page : Vanessa Fournier
@C2RMF, Vanessa Fournier

Amorcée dès les débuts du 20è siècle, par les expérimentations menées par les avant gardes sur fond de synthèse des arts, l’utilisation de la lumière artificielle par les artistes ne s’est jamais démentie depuis. Encore marginale dans les années 1950-60, au point que son utilisation suffit à identifier des mouvances – art « cinétique, « lumino-cinétique », « Op’art »,… – elle se généralise par la suite dans des œuvres très diverses, et selon des modalités variées, des plus intimistes aux plus spectaculaires. Ampoules à incandescences, tubes fluorescents, néons,… les sources lumineuses utilisées sont nombreuses en écho la production industrielle du moment.

Dans le cadre d’un programmes d’études et de recherches initié en 2006 sur l’impact de l’évolution des techniques pour la conservation des œuvres contemporaines, le groupe art contemporain du C2RMF a mené, depuis 2013, une étude sur le « néon ». Apparu et breveté en France au début du 20è siècle, le « néon » recourt à un matériel standard et produit industriellement, mais son processus de production suppose une mise en œuvre artisanale effectuée par un néoniste qui donne forme au verre. En conséquence, la substitution d’un néon lorsqu’il est épuisé suppose une re‑fabrication (ou réfection). En ce sens, le « néon » occupe une place tout à fait singulière dans le panorama des sources lumineuses, qui lui confère un traitement également particulier en matière de conservation.

Partant d’une présentation de la dernière étude de cas menée au C2RMF sur une enseigne de cinéma appartenant à la Cinémathèque française, « Néon CINE », les principaux problèmes de conservation posés par le néon dans le contexte patrimonial seront évoqués.

Intervenants :

Cécile Dazord (conservatrice, C2RMF),
Denis Lambert (néoniste, Lycée Dorian),
Laure Parchomenko (chargée de collection, Conservatoire des techniques – Cinémathèque française)

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ;
Chargée de l’art contemporain et notamment de l’étude des phénomènes d’obsolescence technologique

More Posts - Website

Filmforum / Spring school, Udine / Gorizia, 19-24 mars 2015

Udine/Gorizia
Filmforum 2015
XXII International Film Studies Conference
MAGIS Gorizia International Film Studies Spring School 
 18–24 mars 2015
videoarte-laboratorio-gorizia-22

« The Mutations of Images and the Evolution of Conservation and Restoration Practices »
Anne Cartier-Bresson (Atelier de Restauration et de Conservation des Photographies de la ville de Paris)
Cécile Dazord (Centre de recherche et de restauration des Musées de France, Paris)
Alex Michaan (Institut national
du patrimoine)

Simone Venturini (Università degli Studi di Udine), modérateur

Programme : Programme

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ;
Chargée de l’art contemporain et notamment de l’étude des phénomènes d’obsolescence technologique

More Posts - Website

Revue d’histoire de l’art n° 68 : Art et restauration

Dazord Cécile, « “Kunst und Technik, eine neue Einheit – Art et technique, une nouvelle unité” (Martin Gropius, 1923). Art contemporain : l’impensé de la technique. », Revue Histoire de l’art, n° 68 (restauration: quels enjeux pour l’histoire de l’art?), Paris, 2010, pp. 15-21.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire le texte : Dazord_RHA_2011

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ;
Chargée de l’art contemporain et notamment de l’étude des phénomènes d’obsolescence technologique

More Posts - Website

Fonds audiovisuels et obsolescence – Institut national du patrimoine, Formation permanente (cinéma)

La gestion des fonds audiovisuels patrimoniaux confrontés à l’obsolescence technologique

A la faveur de l’absence de limitations en termes de matériaux, procédés et techniques, caractéristiques de l’art contemporain (à partir des années 1960), des oeuvres, intégrant les technologies de l’image et du son, sont entrées dans les musées. Fait nouveau, les problèmes ne résident plus seulement dans le vieillissement des matériaux (phénomène physique), qui constitue le coeur de cible de la conservation et de la restauration traditionnelles, mais dans l’obsolescence technologique des matériels, remplacés par d’autres présentés comme plus performants (phénomène socio-économique)

 

Photo : Réserve, 2012 © Cécile Dazord

 

Conservation-Restauration face à l’obsolescence technologique : nécessité de forger un nouveau paradigme (Cécile Dazord, conservatrice)

Film argentique, vidéo analogique et numérisation : présentation de l’ensemble de la chaîne de conservation (Alice Moscoso)

Numérisation et dispositifs de visualisation: impacts sur la présevtation des effets visuels (Clotilde Boust)

Voir le programme : [Inp] fonds AV et obsolescence technologique_programme 2011-2 

 

 

 

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ;
Chargée de l’art contemporain et notamment de l’étude des phénomènes d’obsolescence technologique

More Posts - Website

Cahiers du Musée des confluences, vol.7: Innovation

Publication des Cahiers du Musée des confluences, vol. 7 : Innovation, août 2011

CécileDazord «Innovation et art contemporain : le spectre du progrès, le fantasme de l’immatériel, la réalité de la technique. », Cahiers du Musée des confluences, vol. 7 (Innovation), Lyon, été 2011, p. 105-115

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire l’articleDazord_Article_Confluences_2011

 

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ;
Chargée de l’art contemporain et notamment de l’étude des phénomènes d’obsolescence technologique

More Posts - Website

Contemporary Art : Who Cares?

Contemporary Art : Who Cares ? colloque organisé par l’INCCA à Amsterdam, 9-11 juin 2010

Douze ans après le premier colloque organisé en 1999 sous l’intitulé Modern art: who cares ?, l’INCCA (International network for the conservation of contemporary art) a rassemblé à nouveau les professionnel de la conservation et de la restauration œuvrant dans le domaine de l’art contemporain.L’INCCA est l’un des premiers réseaux apparus sur ce sujet et sans doute l’un des plus fédérateurs. Sur le principe, l’INCCA n’est pas focalisé sur un aspect particulier et tous les problèmes conservatoires relatifs aux œuvres contemporaines ont droit de cité. En pratique, certains sujets sont récurrents. Au début des années 2000, l’accent était ainsi fortement mis sur la documentation des installations et l’intentionnalité de l’artiste. Dix ans plus tard, l’approche semble plus technique : les matériaux synthétique et les phénomènes d’obsolescence sont au premier rang des préoccupations. A ce jour, ces deux sujets suscitent encore un grand nombre d’interrogations et de perplexités…

Le public (intervenants et auditoire)  était essentiellement constitué de restaurateurs, responsables de collections et physico-chimistes. Peu de français étaient présents au regard de la forte mobilisation des néerlandais, belges, suisses, allemands, anglais, nord-américains et, dans une moindre mesure, italiens ou espagnols.

Le Groupe art contemporain du Département recherche du C2RMF a présenté un poster sur la numérisation des films argentiques qui sera reproduit dans la compilation éditée à l’issue du colloque : Boust Clotilde, Dubail Matthieu, Dazord Cécile, « Contemporary art and technological obsolescence : Film digitization and color rendering in avant-garde and experimental cinema ».

Voir le poster : Poster_CAWC

Annonce du colloque

http://www.incca.org/contemporaryartwhocares

Research and practices in contemporary art conservation

International symposium for (up-and-coming) professionals, from diverse disciplines, who are connected to the conservation of modern and contemporary art. Organised by the Netherlands Institute for Cultural Heritage (ICN), Foundation for the Conservation of Contemporary Art in the Netherlands (SBMK) and the University of Amsterdam (UvA).

Background – Modern Art: Who Cares? 1997

The 1997 symposium Modern Art: Who Cares? (MA:WC?) was one of the first international symposia to deal specifically with the problems of the conservation and restoration of modern art. The event was the culmination of a Dutch research project The Conservation of Modern Art (1995-97) and was meant to identify problems and to investigate possible solutions to these problems in order to develop methodology. Two years later in 1999, the results of the original research project as well as post-prints of the symposium were published in the book Modern Art: Who Cares? which is still considered a milestone for the profession. In addition, a direct result of discussions during MA: WC? was the formation of the International Network for the Conservation of Contemporary Art (INCCA).

Contemporary Art: Who Cares? 2010

The overall theme of the 2010 symposium Contemporary Art: Who Cares? (CA:WC?) is the current standard in care and conservation of modern and contemporarnetworky art. More that ten years after the first proposals for a methodological approach for this new domain of conservation, a new profession has emerged with its own set of specialist areas, its own research projects and its own training programmes. International collaborations, where shared research is the norm, have resulted in the development of good practice (methodological approaches, instruments, conservation techniques) as well as new training programmes and spin-off research projects on a national level.

At CA:WC? participants will share, learn from and discuss the outcomes of recent research projects in contemporary art, with special attention to installation art. Following in the footsteps of Modern Art: Who Cares? much of the programme is based upon a previous research project; this time the European project Inside Installations (2004-2007). Through open discussion, interactive learning and networking sessions, participants will be contributing to the development of this profession.

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ;
Chargée de l’art contemporain et notamment de l’étude des phénomènes d’obsolescence technologique

More Posts - Website