Archives par mot-clé : experimental

Fonds audiovisuels et obsolescence – Institut national du patrimoine, Formation permanente (cinéma)

La gestion des fonds audiovisuels patrimoniaux confrontés à l’obsolescence technologique

A la faveur de l’absence de limitations en termes de matériaux, procédés et techniques, caractéristiques de l’art contemporain (à partir des années 1960), des oeuvres, intégrant les technologies de l’image et du son, sont entrées dans les musées. Fait nouveau, les problèmes ne résident plus seulement dans le vieillissement des matériaux (phénomène physique), qui constitue le coeur de cible de la conservation et de la restauration traditionnelles, mais dans l’obsolescence technologique des matériels, remplacés par d’autres présentés comme plus performants (phénomène socio-économique)

 

Photo : Réserve, 2012 © Cécile Dazord

 

Conservation-Restauration face à l’obsolescence technologique : nécessité de forger un nouveau paradigme (Cécile Dazord, conservatrice)

Film argentique, vidéo analogique et numérisation : présentation de l’ensemble de la chaîne de conservation (Alice Moscoso)

Numérisation et dispositifs de visualisation: impacts sur la présevtation des effets visuels (Clotilde Boust)

Voir le programme : [Inp] fonds AV et obsolescence technologique_programme 2011-2 

 

 

 

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ; Chargée de l'art contemporain et notamment de l'étude des phénomènes d'obsolescence technologique

More Posts - Website

Archimage 2010 Intervention de Fleur Chevalier et Matthieu Dubail

ARCHIMAGE 2010

Intervention de Fleur Chevalier et Matthieu Dubail

19 novembre 2010

 Compte rendu par Fleur Chevalier

 

Proposant de faire le point sur la place de l’audiovisuel dans les institutions patrimoniales en réunissant conservateurs, experts ou artistes, la dernière édition d’ARCHIMAGES, « De la création à l’exposition : les impermanences de l’œuvre audiovisuelle », organisée par l’Institut National du Patrimoine et la Bibliothèque Nationale de France, abordait, comme annoncé par son titre, les mutations liées au passage de l’analogique au numérique, et son impact sur la conservation du patrimoine audiovisuel. C’était l’endroit idéal, en somme, pour présenter les recherches du groupe Art Contemporain du C2RMF sur la numérisation des films argentiques. Cécile Dazord et Clotilde Boust étant parties à l’Eastern Analytical Symposium, nous avons donc pris le relais, avec Matthieu Dubail, pour présenter l’avancée de ces recherches à travers nos contributions respectives au projet.

 

Dans le cadre de la matinée consacrée conjointement aux thèmes de la « Conservation » et de la « Collection », notre intervention, intitulée « Obsolescence technologique et art contemporain : étude sur la numérisation des films argentiques », englobait deux axes : le cas du flicker film et le rendu de la couleur. Le but étant de démontrer la complémentarité de nos deux approches théorique et technique sur ces deux facettes du film, largement exploités par les cinéastes d’avant-garde ou underground.

 

Le flicker film, en tant que genre ou effet, s’enracine sur le phénomène du papillotement, se rapportant aussi bien à la perception humaine qu’au défilement de la pellicule, ponctué par la fermeture régulière de l’obturateur. Les cinéastes qui développent cette pratique détournent cette mécanique, inhérente au cinématographe. Néanmoins, son histoire est plutôt souterraine, perceptible dans les descriptions faites des films par leurs auteurs ou les historiens. Avant de pouvoir mesurer l’impact des numérisations sur le clignotement, il faut d’abord enquêter sur l’origine et les visées esthétiques du flicker, ainsi que sur ses effets psycho-physiologiques. Ces battements accentués de l’image, en tirant partie de l’oscillation lumineuse du projecteur, génèreraient, entre autres, de nouvelles couleurs, subjectives. D’où l’intérêt de réunir un corpus et d’établir l’histoire multiple d’une pratique qui, semble-t-il, influerait notamment sur notre perception des couleurs.

 

Matthieu Dubail, tout en présentant ses investigations techniques sur la couleur a d’ailleurs bien souligné ce fait : la numérisation équivaut à une transformation du film, et ne rime pas forcément avec la sauvegarde de ses effets souhaités sur le spectateur. L’étape de la correction colorimétrique lors de ce transfert ne va pas forcément de soi et pâtie du peu d’outils adaptés à ces demandes spécifiques : son expérience réalisée avec trois étalonneurs différents le prouve. La mesure des couleurs obtenues au final a démontré d’une part, que le résultat s’écarte non seulement beaucoup de l’original mais aussi qu’il variait en fonction des étalonneurs, et, d’autre part, que les couleurs des films ne sont pas toutes reproductibles sur l’écran. La constatation n’est pas vaine toutefois puisque des solutions semblant répondre au problème émergent de l’étude.

 

Dans le cadre d’un tel colloque, nos interventions ont rappelé, à juste titre, l’importance de saisir, afin d’en assurer la pérennité, la spécificité du film argentique, tout en l’envisageant dans son dispositif technologique global, à l’heure où il se retrouve abondamment représenté dans les collections audiovisuelles.

 

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ; Chargée de l'art contemporain et notamment de l'étude des phénomènes d'obsolescence technologique

More Posts - Website

Contemporary Art : Who Cares?

Contemporary Art : Who Cares ? colloque organisé par l’INCCA à Amsterdam, 9-11 juin 2010

Douze ans après le premier colloque organisé en 1999 sous l’intitulé Modern art: who cares ?, l’INCCA (International network for the conservation of contemporary art) a rassemblé à nouveau les professionnel de la conservation et de la restauration œuvrant dans le domaine de l’art contemporain.L’INCCA est l’un des premiers réseaux apparus sur ce sujet et sans doute l’un des plus fédérateurs. Sur le principe, l’INCCA n’est pas focalisé sur un aspect particulier et tous les problèmes conservatoires relatifs aux œuvres contemporaines ont droit de cité. En pratique, certains sujets sont récurrents. Au début des années 2000, l’accent était ainsi fortement mis sur la documentation des installations et l’intentionnalité de l’artiste. Dix ans plus tard, l’approche semble plus technique : les matériaux synthétique et les phénomènes d’obsolescence sont au premier rang des préoccupations. A ce jour, ces deux sujets suscitent encore un grand nombre d’interrogations et de perplexités…

Le public (intervenants et auditoire)  était essentiellement constitué de restaurateurs, responsables de collections et physico-chimistes. Peu de français étaient présents au regard de la forte mobilisation des néerlandais, belges, suisses, allemands, anglais, nord-américains et, dans une moindre mesure, italiens ou espagnols.

Le Groupe art contemporain du Département recherche du C2RMF a présenté un poster sur la numérisation des films argentiques qui sera reproduit dans la compilation éditée à l’issue du colloque : Boust Clotilde, Dubail Matthieu, Dazord Cécile, « Contemporary art and technological obsolescence : Film digitization and color rendering in avant-garde and experimental cinema ».

Voir le poster : Poster_CAWC

Annonce du colloque

http://www.incca.org/contemporaryartwhocares

Research and practices in contemporary art conservation

International symposium for (up-and-coming) professionals, from diverse disciplines, who are connected to the conservation of modern and contemporary art. Organised by the Netherlands Institute for Cultural Heritage (ICN), Foundation for the Conservation of Contemporary Art in the Netherlands (SBMK) and the University of Amsterdam (UvA).

Background – Modern Art: Who Cares? 1997

The 1997 symposium Modern Art: Who Cares? (MA:WC?) was one of the first international symposia to deal specifically with the problems of the conservation and restoration of modern art. The event was the culmination of a Dutch research project The Conservation of Modern Art (1995-97) and was meant to identify problems and to investigate possible solutions to these problems in order to develop methodology. Two years later in 1999, the results of the original research project as well as post-prints of the symposium were published in the book Modern Art: Who Cares? which is still considered a milestone for the profession. In addition, a direct result of discussions during MA: WC? was the formation of the International Network for the Conservation of Contemporary Art (INCCA).

Contemporary Art: Who Cares? 2010

The overall theme of the 2010 symposium Contemporary Art: Who Cares? (CA:WC?) is the current standard in care and conservation of modern and contemporarnetworky art. More that ten years after the first proposals for a methodological approach for this new domain of conservation, a new profession has emerged with its own set of specialist areas, its own research projects and its own training programmes. International collaborations, where shared research is the norm, have resulted in the development of good practice (methodological approaches, instruments, conservation techniques) as well as new training programmes and spin-off research projects on a national level.

At CA:WC? participants will share, learn from and discuss the outcomes of recent research projects in contemporary art, with special attention to installation art. Following in the footsteps of Modern Art: Who Cares? much of the programme is based upon a previous research project; this time the European project Inside Installations (2004-2007). Through open discussion, interactive learning and networking sessions, participants will be contributing to the development of this profession.

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ; Chargée de l'art contemporain et notamment de l'étude des phénomènes d'obsolescence technologique

More Posts - Website

Art d’aujourd’hui, patrimoine de demain

Publication des actes du colloque Art d’aujourd’hui, patrimoine de demain, Conservation-restauration des oeuvres contemporaines — Art Today, Cultural properties of tomorrow, Conservation of contemporary artworks, 13è journées d’études de la SFIIC, INP, Paris, 24-26 juin 2009, Paris, SFIIC, 2010

(Section française de l’institut international de conservation)

Clotilde Boust, Cécile Dazord, Matthieu Dubail, Obsolescence technologique et art contemporain, Etude de la couleur lors de la numérisation de films argentiques

Lire l’article : Boust_Dazord_Dubail_SFIIC_2009

Annonce de la publication des actes du colloques :

Publication des actes du colloque autour de six thèmes principaux :

● Droit, éthique, déontologie
● Installations et mouvement
● Matériaux synthétiques
● Peinture, arts graphiques
● Photographie, nouveaux médias
● Art monumental et de plein air

Ces champs recouvrent les principales questions propres à l’art contemporain, que ce soit en matière de droit (propriété des œuvres, intervention de l’artiste, etc.), en matière d’installations (faut-il rénover certaines installations en remplaçant les matériaux d’origine ?) ou de nouveaux médias (informatique, etc.) ; les questions relatives à l’art monumental permettent d’illustrer des exemples de problème de l’intégration de l’art contemporain dans le paysage urbain ou dans l’environnement naturel.
Les articles sont publiés dans leur langue de présentation (français ou anglais) avec un résumé dans l’autre langue.

Tables des matières : SFIIC_TM_2009


Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ; Chargée de l'art contemporain et notamment de l'étude des phénomènes d'obsolescence technologique

More Posts - Website