Archives par mot-clé : neon

Néon CINE : Séminaire au C2RMF, 8 janvier 2016

« Néon CINE »

Étude d’une enseigne appartenant à la Cinémathèque Française

Neon cine, Cinémathèque française / Remerciements à Laurent Mannoni & Laure Parchomenko Photo, RX : Anne Maigret et Elsa Lambert, C2RMF Mise en page : Vanessa Fournier @C2RMF, Vanessa Fournier
Neon cine, Cinémathèque française / Remerciements à Laurent Mannoni & Laure Parchomenko
Photo, RX : Anne Maigret et Elsa Lambert, C2RMF
Mise en page : Vanessa Fournier
@C2RMF, Vanessa Fournier

Amorcée dès les débuts du 20è siècle, par les expérimentations menées par les avant gardes sur fond de synthèse des arts, l’utilisation de la lumière artificielle par les artistes ne s’est jamais démentie depuis. Encore marginale dans les années 1950-60, au point que son utilisation suffit à identifier des mouvances – art « cinétique, « lumino-cinétique », « Op’art »,… – elle se généralise par la suite dans des œuvres très diverses, et selon des modalités variées, des plus intimistes aux plus spectaculaires. Ampoules à incandescences, tubes fluorescents, néons,… les sources lumineuses utilisées sont nombreuses en écho la production industrielle du moment.

Dans le cadre d’un programmes d’études et de recherches initié en 2006 sur l’impact de l’évolution des techniques pour la conservation des œuvres contemporaines, le groupe art contemporain du C2RMF a mené, depuis 2013, une étude sur le « néon ». Apparu et breveté en France au début du 20è siècle, le « néon » recourt à un matériel standard et produit industriellement, mais son processus de production suppose une mise en œuvre artisanale effectuée par un néoniste qui donne forme au verre. En conséquence, la substitution d’un néon lorsqu’il est épuisé suppose une re‑fabrication (ou réfection). En ce sens, le « néon » occupe une place tout à fait singulière dans le panorama des sources lumineuses, qui lui confère un traitement également particulier en matière de conservation.

Partant d’une présentation de la dernière étude de cas menée au C2RMF sur une enseigne de cinéma appartenant à la Cinémathèque française, « Néon CINE », les principaux problèmes de conservation posés par le néon dans le contexte patrimonial seront évoqués.

Intervenants :

Cécile Dazord (conservatrice, C2RMF),
Denis Lambert (néoniste, Lycée Dorian),
Laure Parchomenko (chargée de collection, Conservatoire des techniques – Cinémathèque française)

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ;
Chargée de l’art contemporain et notamment de l’étude des phénomènes d’obsolescence technologique

More Posts - Website

Ecrire au néon

Table ronde à la Maison rouge
Fondation Antoine de Galbert, jeudi 10 mai 2012 à 19h 
Joseph Kossuth, Five fives (to Donald Judd), [1965] – Détail, Photo : Cécile Dazord, Paris, Maison rouge, 2012
À l’occasion de l’exposition Néon, Who’s afraid of red, yellow and blue ? 17 février – 20 mai 2012, Commissariat : David Rosenberg

Modération : Béatrice Fraenkel, Directrice d’études EHESS, Chaire « Anthropologie de l’écriture »
Abdou-Fataï Abiola, néoniste, meilleur ouvrier de France
Cécile Dazord, Conservatrice du patrimoine, Département recherche (art contemporain) du Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF)
Benjamin Thorel, critique d’art et commissaire indépendant
Su-Mei Tse, artiste

 

 

 

 

 

Photo : Détail néon, 2012 © Cécile Dazord

Parmi les œuvres exposées à la maison rouge, nombreuses sont les écritures au néon. Elles appartiennent à l’histoire méconnue des écritures lumineuses, d’abord pyrotechniques — faites de bougies, de torches, de feux d’artifice et autres — et plus récemment électriques, à base d’ampoules ou de diodes. L’arrivée des tubes de verre remplis de gaz rares, véritables « encres gazeuses », rouge, violet, jaune, a marqué une étape décisive.

L’écriture au néon procède d’une mimétique originale. Le tube est proche du trait sans en avoir toutefois la cursivité ; les pleins et les déliés manquent. De même, le tube se prête mal au traçé de grandes capitales angulaires de type monumental. L’écriture au néon décline un lettrage spécifique, invente des graphismes « macaroniques », ni solennels ni intimes. Un artiste comme Théo Van Doesburg dessinera pour l’Aubette à Strasbourg (1928) « une sévère écriture rectangulaire » applicable aussi bien à l’intérieur du bâtiment que pour la « réclame en néon lumière » de la façade.En regardant de près les œuvres exposées à la maison rouge on s’interroge : comment écrit-on au néon ? Quelles sont les contraintes auxquelles se confrontent les néonistes ? Quels types de projets leur proposent les artistes et comment y répondent-ils ?
Et du côté des artistes : quels dialogues s’engagent avec les artisans néonistes ?
Enfin : Comment vivent les écritures au néon dans le temps ? Quelles problématiques de conservation et de restauration soulèvent-elles ?

 

 

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ;
Chargée de l’art contemporain et notamment de l’étude des phénomènes d’obsolescence technologique

More Posts - Website