La tour cybernétique de Nicolas Schöffer – projet de restauration, Liège 25 mars 2014

Journée d’étude organisée par  l’Ecole supérieure des arts Saint-Luc à Liège 

Mardi 25 mars 2014

En collaboration avec INCCA-f et dans le cadre du programme de recherche Replace or remake? porté par l’Ecole supérieure des beaux-arts TALM site de Tours

La ville de Liège a porté depuis plusieurs décennies le projet de
restauration de la Tour cybernétique (1961) de Nicolas Schöffer. Une issue
semble enfin se concrétiser, avec le lancement du chantier au printemps
prochain. Si l’Institut du Patrimoine Wallon a joué un rôle moteur dans
cette initiative, les restaurateurs n’ont été associés au projet que
tardivement. Une multitude de pistes de réflexion restent cependant
ouvertes, notamment en ce qui concerne la conservation des éléments
démontés, la substitution de certains de ceux-ci, la conservation du cerveau
électronique et un éventuel parcours muséographique. Une visite sur le site
de la Tour est prévue.

IMG_2582

Programme

9h-9h30 accueil des participants
9h30 présentation du projet Replace-Remake (ESBA Tours, C2RMF, ÉSA Saint-Luc de
Liège, Capc) – présentation de la journée d’étude.
10h Manon D’haenens Introduction au projet de restauration de la Tour Cybernétique
de Nicolas Schöffer
11h visite de la Tour cybernétique, du “cerveau” électronique et du poste de commande
14h Présentation de Jean-Yves Eischen (Bureau d’Architecture Greisch), gestionnaire
du projet
14h30 Table ronde avec les intervenants du projet: J.Y.Eischen (Bureau d’architecture
Greisch), V.Krins (Institut du Patrimoine Wallon ), Robert Stéphane (Amis de la Tour
cybernétique de Liège), Philippe Hoornaert (Association Internationale des Amis de
Nicolas Schöffer), ainsi que Gilles Barabant (Conservateur-restaurateur d’Art
Contemporain – Centre de recherche des Musée de France) et Alain Colombini (Centre
Interdisciplinaire de Conservation-restauration –Marseille)
15h 30 pause café
16 h Conservation-restauration et obsolescence technologique en art contemporain
(Cecile Dazord, Centre de recherche des Musées de France)
17 h Conclusions
N.B. Les communications se donnent en français, mais les interventions et discussions
en anglais sont évidemment possibles.

Inscription
Inscription gratuite, mais obligatoire avant le 15 mars 2014
(les places pour la visite du cerveau et du poste de commande sont limitées)
Contact: croastluc@gmail.com
Photos on-line: http://ceroart.revues.org/3885

Adresse
École Supérieure des Arts Saint-Luc de Liège
Conservation-Restauration Auditoire 202
31 boulevard de la Constitution
4020 Liège – Belgique

Programme : schöfferLiège

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ; Chargée de l'art contemporain et notamment de l'étude des phénomènes d'obsolescence technologique

More Posts - Website

Replace or remake ? a work in progress, Tours, ESBA TALM, Mercredi 4 décembre 2013

ER[cr]OS
Équipe de recherche sur la Conservation-restauration des
oeuvres sculptées
EPCC Ecole supérieure des beaux-arts TALM Site de Tours
Dans le cadre du programme de recherche

Salle de conférence de l’Esba – Jardin François 1er – Tours
10 h 30 à 13 h Séminaire de master
Conservation des oeuvres contemporaines : actualités de la recherche
Entrée libre
10 h 30 Gilles Barabant, Identifier, conserver, restaurer les plastiques dans les collections :
bref état des lieux
Si les matières plastiques sont omniprésentes dans notre quotidien et dans les collections
contemporaines, ces matériaux sont souvent peu familiers aux professionnels des musées et les
protocoles de conservation restent, pour le moins, aléatoires. Pourtant, des avancées significatives
ont été faites dans la connaissance scientifique depuis la fin des années 1990, avancées qui
permettent même d’envisager des réponses préventives et curatives à un certain nombre de
dégradations physicochimiques ou accidentelles. Le programme de recherche européen POPART
(Preservation Of Plastic ARTefacts in museum collections, 2008-2012) a permis d’établir un bilan
plus précis sur la situation de ces oeuvres et de dresser la liste des questions prioritaires en termes de
gestion muséologique comme de recherche appliquée à la conservation et à la restauration.
Il a également servi de tremplin à un certain nombre de projets de recherche plus récents portant sur
les plastiques « à problèmes », comme les mousses polyuréthane, les polychlorures de vinyle ou les
nitrates de cellulose.
Gilles Barabant est responsable de la filière XXe siècle-art contemporain au Centre de recherche et de
restauration des musées de France. À ce titre, il travaille en partenariat avec de nombreux musées à l’étude
technique et scientifique des collections et à la définition des interventions de conservation. Il a également
participé au programme européen POPART, dédié à la conservation des plastiques dans les collections.
11 h 30 Cécile Dazord, Art contemporain et obsolescence technologique.
Depuis le début des années 2000, une tendance lourde, qui se manifeste notamment par le biais de
réseaux, colloques et publications, affirme une spécificité des problématiques de conservationrestauration
relevant de l’art contemporain et une inadéquation des cadres déontologiques et des
compétences existant, directement importés du modèle des beaux-arts. Peinture, sculpture, arts du
feu, arts graphiques, photographie, textile, mobilier : les spécialités de la restauration n’épuisent pas
le champ et achoppent essentiellement sur les matériaux synthétiques, la performance et les
pratiques apparentées ainsi que sur les oeuvres intégrant des matériels issus de processus de
fabrication industriels et affectés par des phénomènes d’obsolescence technologique (mouvement
motorisé, éclairage artificiel, film, vidéo, technologies numériques, …). À Paris, depuis 2006, le
Groupe art contemporain au Département recherche du Centre de recherche et de restauration des
musées de France (C2RMF) étudie les problématiques conservatoires spécifiques à l’art
contemporain et plus particulièrement l’impact de l’évolution des techniques sur les collections
contemporaines.
Cécile Dazord est chargée de l’art contemporain au Département recherche du Centre de recherche et de
restauration des Musées de France où elle étudie l’impact des phénomènes d’obsolescence technologiques
sur la conservation des oeuvres contemporaines. Dans ce cadre, elle a récemment co-dirigé le numéro 37 de
la Revue Technè, L’art contemporain à l’ère de l’obsolescence technologique. Avec Marie-Hélène Breuil,
elle a fondé et anime INCCA-f, branche francophone du réseau INCCA (International Network for the
Conservation of Contemporary Art). Elle prépare actuellement une étude et un ouvrage sur la conservation
des oeuvres intégrant du « néon ».
http://obsolescence.hypotheses.org/
http://www.incca.org/incca-f
http://techniquesmixtes.hypotheses.org/
14 à 18 h Séminaire de l’équipe de recherche
Replace or remake ? a work in progress
Production et conservation des oeuvres contemporaines
Sur inscription auprès de : conservationrestauration.tours@gmail.com
2e volet du programme Replace or remake ? Le 1er volet a permis de mener l’étude de White Rock
Line de Richard Long et d’entamer une réflexion sur la terminologie qui a donné lieu à la
publication d’un article dans le numéro 17 de la revue Marges et à l’organisation, par le Capc
musée d’art contemporain à Bordeaux, d’une journée d’étude le 11 octobre 2013.
L’objet de ce deuxième volet est de réfléchir au statut de la production au sein de la conservationrestauration
: quelle place ? quels enjeux, quels objectifs, dans quel cas, pourquoi et comment
produire à nouveau tout ou partie d’une oeuvre ? Le fait de refaire ou de remplacer est généralement
admis en art contemporain, notamment lorsque les matériels qui composent l’oeuvre deviennent
obsolètes, cependant cette pratique est insuffisamment encadrée et documentée.

14 h Visite des ateliers de conservation-restauration
14 h 15 Présentation de l’équipe de recherche et du programme en cours
14 h 45 Replace or remake ? nécessité d’un lexique commun à constituer
15 h Présentation des études de cas et discussion
16 h 30 Quelle participation des artistes ? entretiens et correspondances
17 h Calendrier de travail et réponse à l’appel à projets 2014 du ministère

Partenaires :
Capc Musée d’art contemporain, Bordeaux ; Jardin de sculptures La Petite Escalère, Saint-Laurent-de-Gosse ; Centre de
recherche et de restauration des musées de France ; Département Conservation-restauration d’oeuvres d’art, École
supérieure des arts Saint-Luc, Liège ; Centre Européen d’Archéométrie, Université de Liège ; Incca-f, Paris ; CeROArt.
Département Conservation-restauration des oeuvres sculptées
EPCC Esba TALM Site de Tours
actualités : http://conservation-restauration.tours.over-blog.org
carnet de recherche : http://tablesdetravail.hypotheses.org/

Programme : programme 4dec2013 ERcrOS

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ; Chargée de l'art contemporain et notamment de l'étude des phénomènes d'obsolescence technologique

More Posts - Website

« Date limite de conservation », FRAC Franche-Comté, novembre 2013

Cycle de conférences dédié à la conservation-restauration de l’art contemporain

Organisé par le FRAC Franche Comté à Besançon les 13, 20 et 27 novembre 2013Cycle de conférences dédié à la conservation-restauration de l’art contemporain Organisé par le FRAC Franche Comté à Besançon les 13, 20 et 27 novembre 2013

Date-limite-de-conservation

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ; Chargée de l'art contemporain et notamment de l'étude des phénomènes d'obsolescence technologique

More Posts - Website

« L’art contemporain : modification des pratiques et recherche de légitimité » (à l’INHA, le 4 octobre 2013)

LA RESTAURATION : CONNAISSANCE ET RECONNAISSANCE DE L’ŒUVRE D’ART (5è journée)

« L’ART CONTEMPORAIN, MODIFICATION DES PRATIQUES ET RECHERCHES DE LÉGITIMITÉ »

4 octobre 2013
Institut national d’histoire de l’art (INHA), 2 rue Vivienne, 75002 Paris
Salle Vasari

Organisée par l’Université de Nanterre La Défense-Paris Ouest & le Centre de recherche et de restauration des Musées de France
Entrée libre dans la limite des places disponibles

9 h 30 Accueil des participants

Introduction
Gilles Barabant (Centre de recherche et de restauration des musées de France)
François Trémolières (université Paris Ouest Nanterre la Défense)

Matinée
Présidence :  Marie Lavandier,
directrice du Centre de recherche et de restauration
des musées de  France (C2RMF)

10 h  Peint, non peint, repeint, dépeint :
actualisation et conservation dans l’œuvre de Claude Rutault
Adriana Blendea et Marie-Hélène Breuil, en présence de Claude Rutault
Depuis 1973 l’œuvre de Claude Rutault s’est élaborée à partir et autour de ce qu’il appelle aujourd’hui des « dé-finitions/méthodes » et sur la base d’un principe énoncé très clairement : « une toile tendue sur châssis peinte de la
même couleur que le mur sur lequel elle est accrochée ». La temporalité de l’œuvre – son existence matérielle
étant relative à sa présentation – et la délégation de réalisation caractérisent son travail et instaurent une tension
entre conservation et actualisation, tout en excluant, a priori, la restauration. C’est ce que nous nous proposons
d’étudier, avec le concours de l’artiste et d’Adriana Blendea, conservatrice-restauratrice impliquée depuis un an
dans l’actualisation de « dé-finition/méthode 208 : dépeindre ».
Marie-Hélène  Breuil  enseigne  l’histoire  de  l’art  dans  le  département  Conservation-restauration  des  œuvres
sculptées de l’École supérieure des beaux-arts de Tours (EPCC Esba TALM) depuis 1989. Ses recherches se
partagent entre l’art contemporain depuis 1970 autour du travail de peinture et d’écriture de l’artiste Claude Rutault,
et les problématiques de conservation-restauration des œuvres contemporaines. Elle est l’auteur d’une thèse en
histoire de l’art soutenue à l’université Paris IV en 2009 : L’œuvre de Claude Rutault – définitions/méthodes :
écriture, peinture, sociabilité.
Adriana Blendea est plasticienne et restauratrice du patrimoine. Elle s’est formée à l’Institut des Beaux-Arts de
Bucarest.

10 h 45 Conservation et obsolescence technologique :
de la substitution à l’identique à son impossibilité
Cécile Dazord, Alice Moscoso, Laure Vidal
L’intégration dans le champ de l’art de produits issus de processus de fabrication industriels dès les débuts du XXe siècle conduit à une reconsidération des principes fondateurs de la conservation et de la restauration, au premier
rang desquels l’adéquation postulée entre l’unicité de l’œuvre d’art et de sa matérialité. Cette répercussion de
l’évolution des techniques sur les œuvres aboutit dans un premier temps à la reconnaissance de la substitution à
l’identique  comme  ne  contrevenant  pas  nécessairement  à  l’authenticité  ou  l’originalité,  dans  un  contexte  de
production en série ; dans un second temps, au constat pour le moins embarrassant, en termes de conservation-restauration,  de  l’impossibilité  du  remplacement  par  le  même,  lorsque  le  matériel  concerné  est  frappé
d’obsolescence. Après une présentation générale et succincte de cette problématique, les œuvres lumineuses,
motorisées et audiovisuelles seront évoquées plus particulièrement.
Cécile Dazord est conservatrice du patrimoine, en charge de l’art contemporain au Département recherche du
Centre  de  recherche  et  de  restauration  des  Musées  de  France.  Elle  étudie  l’impact  des  phénomènes
d’obsolescence technologique sur la conservation des œuvres contemporaines. Elle a récemment co-dirigé le
numéro 37 de la revue Technè : L’art contemporain à l’ère de l’obsolescence technologique. Avec Marie-Hélène
Breuil, elle a fondé et anime la branche francophone du réseau INCCA (International Network for the Conservation
of Contemporary Art). Elle prépare actuellement une étude et un ouvrage sur la conservation des œuvres intégrant
du « néon ».
Alice Moscoso est titulaire d’un diplôme de restauration de film de la L. Jeffrey Selznick School of Film Preservation
à la George Eastman House et du DEA en études cinématographiques et audiovisuelles de l’université Paris III.
Elle est actuellement chargée de la numérisation des collections « images animées » au Centre Pompidou après
ses expériences d’archiviste à l’université de New York, à l’Academy of Motion Picture de Los Angeles, au Musée
d’art moderne (MoMA) de New York, ainsi qu’aux Documents cinématographiques à Paris.
Laure Vidal est restauratrice du patrimoine, diplômée de l’INP où elle a plus particulièrement étudié deux œuvres
cinétiques du Musée d’art moderne de la ville de Paris. Elle s’est spécialisée dans le domaine de l’art contemporain
et le traitement des œuvres électromécaniques.

11 h 30 Atelier Boronali pour la préservation de l’art action :
enjeux et méthodes
Stéphanie Elarbi, Laurent Prexl
La préservation de l’art action sous ses diverses formes – performances, happenings, poésie sonore, etc. – pose
aujourd’hui question. Nombre d’institutions possèdent des reliquats ou des documents de performances, dont le
statut n’est pas toujours défini et s’interrogent sur la préservation et la monstration des œuvres disparues.
Comment documenter une œuvre d’art action dans un but de conservation ? Quelles restitutions envisager d’une
œuvre d’après des archives existantes ou constituées ?  L’atelier Boronali est une structure qui travaille à adapter
la méthodologie et la déontologie propre à la conservation-restauration du patrimoine matériel à la préservation de
cette forme d’art non pérenne.
Stéphanie Elarbi est restauratrice du patrimoine, spécialisée en art contemporain et objets ethnographiques ; elle
est chargée de la restauration au musée du quai Branly et enseignante à l’école d’art d’Avignon.
Laurent Prexl est artiste plasticien et performeur. Fondateur de l’atelier Boronali il enseigne dans différentes écoles
d’art.
Depuis 2012, l’atelier Boronali est accueilli par le MAC/VAL (Musée d’art contemporain du Val-de-Marne, Vitry-sur-Seine) comme cellule de recherche sur la préservation de l’art action et collabore à la conservation des œuvres
performatives de l’institution.

12 h 15 La restauration et la documentation des œuvres contemporaines :
les rapports entre l’artiste et son restaurateur
Véronique Sorano-Stedman, Sylvie Lepigeon, Isabelle Merly (sous réserve), Chantal Quirot
Dans le cadre de son activité, le service de restauration du MNAM-CCI consulte les artistes contemporains et
collecte  auprès  d’eux  mais  aussi  auprès  de  leurs  héritiers  ou  ayants  droit  un  certain  nombre  d’informations
capitales  pour  la  connaissance  des  œuvres.  Cette  collaboration  a  lieu  dans  des  contextes  différents :  les
acquisitions, les accrochages, les renouvellements d’installations éphémères ou les restaurations proprement dites
et les sinistres.
Des expériences de collaborations récentes permettent d’illustrer la variété des situations et les complémentarités
qui  peuvent  se  mettre  en  place  pour  définir  et  réaliser  des  projets  d’intervention,  de  conservation  ou  de
présentation ; on évoquera plus particulièrement Jesús-Rafael Soto (fabrication et restauration des œuvres entrées
en  dation),  Giuseppe  Penone  (renouvellement  de  l’installation  Respirare  l’ombra),  Simon  Hantai  (montage  et
éclairage de Aux Tabulas lilas), Annette Messager (Les Piques, cas d’une installation sinistrée dont la réfection a
été réalisée par l’artiste), ou Gérard Fromanger (cas d’une restauration classique soumise à la validation de l’artiste
après collecte d’informations techniques).
Véronique Sorano-Stedman est chef du service de restauration des oeuvres d’art, MNAM (Musée national d’art
moderne, Paris).
Sylvie Lepigeon est restauratrice du patrimoine (spécialiste de peinture) au MNAM.
Isabelle Merly est attachée de conservation au Service des collections contemporaines du MNAM.
Chantal Quirot est restauratrice du patrimoine (spécialiste de sculptures), responsable de la section sculpture,
MNAM.

13 h Déjeuner

Après-midi
Présidence : Claire Barbillon,
Histoire des arts et représentations (HAR / EA 4414)
Université Paris Ouest Nanterre la Défense

14 h 15 Œuvre éphémère, œuvre précaire, œuvre périssable ou l’Ecclésiaste au musée
Gilles Barabant, Céline Le Bacon
Si l’oeuvre éphémère, dans son acception même, pose peu de problèmes de conservation, nombre de créations
contemporaines font également appel à des matériaux instables ou à des techniques précaires. Que ces processus
inéluctables de dégradation fassent ou non partie du projet artistique, ils inscrivent en tout cas la déréliction de
l’œuvre dans un horizon proche.
Dans quelle mesure l’entrée de ce type d’objets dans les collections met-elle le musée en contradiction avec ses
missions de conservation ? Comment prendre en charge la transformation d’œuvres vouées à la disparition tout en
leur permettant d’accéder à une forme de pérennité ?
L’étude en cours d’une sculpture en chocolat de Jana Sterbak, réalisée conjointement par le musée d’art moderne
de Saint-Étienne et le Centre de recherche des musées de France, servira de point d’ancrage à la réflexion.
Gilles  Barabant  est  responsable  de  la  filière  XXe siècle  –  art  contemporain  au  Centre  de  recherche  et  de
restauration des musées de France. À ce titre, il travaille en partenariat avec de nombreux musées à l’étude
technique et scientifique des collections et à la définition des interventions de conservation.
Céline Le Bacon est responsable du service Régie et de la valorisation des collections au musée d’art moderne de
Saint-Étienne Métropole, où elle xest notamment chargée de la planification des restaurations.

15 h  Restauration de l’art contemporain :
une conceptualisation au service de la pratique
Nico Broers, Muriel Verbeeck
La théorie de la restauration a-t-elle encore sa place, en regard des problèmes soulevés par l’art contemporain ? Si
les  praticiens  sont  fatigués  d’une  approche  théorique  perçue  comme  académique  et  rhétorique,  ils  sont
demandeurs en revanche d’une réflexion praxéologique, partant des cas concrets auxquels ils sont confrontés.
Deux cas exemplaires seront évoqués: une copie-réplique-reconstruction du Taureau de Francis André, conservée
au musée en plein air du Sart-Tilman à Liège ; et   l’Esplanade de Jo Delahaut, victime d’une reconstruction
architecturale. Ces deux interventions renvoient à toute une série de cas de figures, où l’absence de définition claire
d’un original, d’un original multiple, d’une copie, d’une réplique, voire d’une ré-installation ou d’une ré-instauration a
favorisé des prises de décisions hasardeuses.
À l’inverse, un entretien accordé par Wim Delvoye au sujet de Cloaca montrera la richesse d’une double approche,
théorique et pratique, pour penser l’avenir d’une œuvre emblématique. La conception paradoxale de cette dernière,
à la fois fonctionnelle et totalement gratuite (condition de son statut artistique), appelle une “exégèse préventive” où
artiste, théoricien et conservateur-restaurateur peuvent collaborer avec fruit.
Ces exemples manifestent que la théorie de la restauration, particulièrement en matière d’art contemporain, se
révèle un outil de conceptualisation essentiel dans les processus de decision making. Elle retrouve au studio
comme à l’atelier sa valeur proprement aristotélicienne, en aidant à s’élever de l’approche empirique à des formes
de savoirs transmissibles.
Nico Broers est conservateur-restaurateur indépendant, diplômé d’un Master en restauration de la Northumbria
University, Newcastle ;  il est attaché scientifique à la faculté des Sciences de l’université de Liège (Archéométrie)
et professeur à l’École supérieure des arts Saint-Luc de Liège.
Muriel Verbeeck est docteur en Philosophie et Lettres de l’université de Liège et titulaire d’un master en Sciences
de l’information et de la communication de l’Université libre de Bruxelles ; elle est attachée scientifique à la faculté
des Sciences de l’Ulg (Archéométrie) et professeur à l’École supérieure des arts Saint-Luc de Liège. Elle est
également assistant de coordination à l’ICOM-CC (Histoire et théorie de la restauration) et éditeur scientifique de la
revue CeROArt.

15 h 45 Réflexions sur une restauration possible d’œuvres dans la nature,
à la lumière de la Théorie de la restauration de Cesare Brandi
Gilles Tiberghien
Autour de quelques cas d’œuvres artistiques créées dans la nature (Robert Smithson, Brocken Circle / Spiral Hill,
Emmen, Pays-Bas ; Michael Heizer, Double Negative, Nevada ; David Nash, Ash Dome, Pays de Galles), on
tentera de donner à la théorie de la restauration de Brandi une extension inédite en testant en même temps sa
fécondité et ses limites.
Gilles A. Tiberghien, philosophe et écrivain, enseigne l’esthétique à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne.
Premier traducteur de la Teoria del restauro en français (dans la revue Recherches poïétiques, hiver 1995-1996), il
est aussi spécialiste du Land art (Land Art, Paris, Carré, 1993, nouv. éd. revue et augmentée 2012).

16 h 30 Table ronde
Quels acteurs et quelles procédures pour légitimer les interventions ?
Sous la présidence de Dominique Gagneux,
avec la participation de Nicolas Chardon, Aurélia Chevalier, Emmanuel Pierrat.
Dominique Gagneux est conservateur en chef au musée d’art moderne de la Ville de Paris.
Nicolas Chardon est artiste plasticien, diplômé de l’École nationale des Beaux-Arts de Paris, ancien pensionnaire
(2008-2009) de la Villa Medicis à Rome.
Aurélia  Chevalier  est  restauratrice  du  patrimoine  spécialisée  en  art  contemporain  et  enseignante  au  Master
professionnel  de  Paris  I  Panthéon  Sorbonne.  Son  doctorat  obtenu  à  Arts  et  Métiers  ParisTech  lui  a  permis
d’acquérir une bonne connaissance sur le vieillissement des matériaux, connaissance qu’elle met au service des
artistes qui la sollicitent tels que Simon Hantaï ou Shirley Jaffe.
Emmanuel Pierrat est avocat au Barreau de Paris et Membre du Conseil de l’Ordre au sein duquel il exerce les
fonctions de Secrétaire de la Commission Culture. Il a fondé le Cabinet d’avocats portant son nom, spécialisé dans
les dossiers de droit de la propriété littéraire et artistique et  il accompagne ses clients artistes et auteurs dans le
cadre de la négociation de leurs contrats et de la promotion de leur carrière. Il a publié de nombreux ouvrages de
référence sur le droit de l’édition, la liberté d’expression, le droit du commerce du livre, le droit à l’image. Il est
également conservateur du musée du Barreau de Paris.

17 h 30 Conclusions

Télécharger le programme au format PDF : 4X2013-programmeDEF

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ; Chargée de l'art contemporain et notamment de l'étude des phénomènes d'obsolescence technologique

More Posts - Website

Exposition Dynamo, table ronde « Arts et technique : mouvement, temps, lumière »

Conserver/exposer l’art cinétique

La restauration des œuvres à l’épreuve de l’obsolescence technologique

Grand Palais, 12 juin 2013, 18h30

Entrée libre et gratuite (lien)

logo copie

 

 

 

 

 

Comment conserver et restaurer les multiples matériaux et matériels utilisés dans l’art contemporain à l’heure où la durée des objets techniques, constamment remplacés par d’autres présentés comme plus performants, ne cesse de diminuer ?

Discussion encadrée par Marie-Hélène Breuil, professeur à l’Ecole supérieure des beaux-arts de Tours-Angers-Le Mans, filière conservation-restauration des oeuvres sculptées

Intervenants :

Cécile Dazord, Conservatrice chargée de l’art contemporain au département recherche du Centre de recherche et de restauration des Musées de France

Alice Moscoso, restauratrice de films, chargée de la numérisation au Centre Pompidou

Laure Vidal, restauratrice indépendante

 

 

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ; Chargée de l'art contemporain et notamment de l'étude des phénomènes d'obsolescence technologique

More Posts - Website

Technè 37 : « L’art contemporain à l’ère de l’obsolescence technologique »

Sortie du numéro 37 de la revue Technè

Revue de Centre de recherche et de restauration des Musées de France

Directrice du C2RMF : Marie Lavandier

Rédacteur en chef de Technè : Brigitte Bourgeois

Le numéro 37 a été piloté par Marie-Hélène Breuil & Cécile Dazord

Ce numéro est consacré à l’impact de l’évolution des techniques sur la conservation et la restauration des œuvres contemporaines.

Après une approche théorique du sujet, suivie d’un état des lieux des principales initiatives engagées à ce jour, les phénomènes d’obsolescence et leur impact sur la conservation des œuvres sont déclinés dans différents domaines – de la photographie et la musique au cinéma, en passant par les œuvres lumineuses ou animées de mouvements motorisés. La parole est ensuite donnée à des professionnels aux prises notamment avec la question cruciale et complexe de la documentation technique de ces œuvres. Le volume s’achève sur l’évocation d’expositions récentes faisant la part belle, non sans nostalgie, à des technologies obsolètes ou anciennes et, à ce titre susceptibles de le devenir.

22 x 28 cm, 128 p., 70 illustrations, parution : mai 2013
éditeur: Rmn, diffuseur: Flammarion

Disponible auprès des librairies comptoir RMN ou par commande  par commande en ligne : www.boutiquedemusees.fr (lien)

 

Techne 37

Image couverture (ensemble et détail) Atsuko Tanaka, Denkifuku  (robe électrique) 1956/1999, Centre Pompidou MNAM-CCI.
© Droits réservés/Centre Pompidou,  MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais/ Georges Meguerditchian.

 

SOMMAIRE                                        

Editorial, Marie Lavandier

Introduction, Marie-Hélène Breuil, Cécile Dazord

I-    La notion d’obsolescence technologique

Conserver à l’heure du consommable, Cécile Dazord

Art et technique au prisme du phénomène de l’obsolescence, Xavier Guchet

L’exigence de pérennité à l’épreuve de l’art contemporain, Nathalie Heinich

II- Etat des lieux

 Emerging institutional models and notions of expertise for the conservation of time-based media works of art, Pip Laurenson

Time-Based Media Art Conservation: Status Update, Gwynne Ryan

Les collections du Centre Pompidou et l’obsolescence, Véronique Sorano-Stedman

III-  Domaines et champs d’application

8. La photographie contemporaine sous le regard de la conservation et de la restauration : le cas du « Plan couleur et impressions numériques de la Ville de Paris », Anne Cartier-Bresson, Maud Blanc

La numérisation du patrimoine photographique : virtualisation et déréalisation de l’original, Jean-Gabriel Lopez

 Obsolescence technologique et survivance musicale : le cas des ondes Martenot, Stéphane Vaiedelich, Laurent Quartier

Témoignages sonores et critique des sources audiovisuelles, Luca Cossettini, Angelo Orcalli

La ré-électrification du lustre monumental Parigi (1925) confrontée à la disparition des lampes à incandescence, Mélanie Parmentier

Art contemporain, sources lumineuses et obsolescence, Cécile Dazord, Jean-Jacques Ezrati,

Réflexions sur l’obsolescence technologique dans l’art contemporain, Laure Vidal

Le suivi des œuvres en mouvement du MNAM-CCI. Etat des lieux, Astrid Lorenzen

Il restauro del film: una storia (post-)moderna, Simone Venturini

Obsolescence and Film Restoration. The Case of Colored Silent Films, Giovanna Fossati

« L’étude préalable » – Inventaire et analyse structurée d’une œuvre préalablement à sa mise en circulation pour un prêt : entretien avec Isabelle Merly, Isabelle Merly, Marie-Hélène Breuil, Cécile Dazord

Documentation technique et schéma constructeur : entretien avec Alain Péron, Alain Péron, Marie-Hélène Breuil, Cécile Dazord

IV-  L’obsolescence s’expose

 Néon. Who’s afraid of red, yellow and blue?, Maison rouge

TV asa collection presentation, Stedelijk Museum

Conservation de l’art numérique et accessibilité, Anne Lafôret

 

 

 

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ; Chargée de l'art contemporain et notamment de l'étude des phénomènes d'obsolescence technologique

More Posts - Website

Technè 37 au Festival d’histoire de l’art de Fontainebleau

Présentation du numéro 37 de la revue Technè : L’art contemporain à l’ère de l’obsolescence technologique

Par Marie-Hélène Breuil et Cécile Dazord, vendredi 31 mai, Château de Fontainebleau, Salon des fleurs, 15h

Sans-titre-332x195Le Ministère de la Culture et de la Communication, l’Institut national d’histoire de l’art et le Château de Fontainebleau s’associent, avec le concours du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, pour proposer la troisième édition du Festival de l’histoire de l’art les 31 mai, 1er et 2 juin 2013.

Entièrement gratuites, conçues comme un carrefour des publics et des savoirs, ces trois journées permettent de déambuler librement entre conférences, débats, concerts, expositions, projections, lectures et rencontres dans le château et dans plusieurs sites de la ville de Fontainebleau. Le Festival explore chaque année un thème. En 2011, 15 000 personnes étaient venues se confronter au thème de la Folie ; en 2012 18 000 visiteurs se sont laissés entraîner par celui du Voyage. En 2013 celui de l’éphémère donnera l’occasion au public de découvrir des arts assez peu étudiés en France. L’art de l’éphémère est celui de l’instant ou plus précisément celui d’un moment privilégié capable d’associer dans une parfaite harmonie l’architecture, la peinture, le costume, la musique… Le Festival abordera ainsi l’architecture éphémère des fêtes et cérémonies, toutes les productions occasionnelles : affiches, placards illustrés, officiels ou clandestins, graffiti, mais aussi les arts de la table, les arts prenant le corps pour support (coiffure, tatouages), la performance… Le sujet engage également un questionnement important sur la politique muséale, tiraillée aujourd’hui entre collections permanentes et expositions temporaires, et sur les conceptions fort différentes du rapport entre éphémère et durable dans les cultures et les arts du monde.

La présentation du numéro 37 de Technè

Le festival

 

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ; Chargée de l'art contemporain et notamment de l'étude des phénomènes d'obsolescence technologique

More Posts - Website

Art contemporain : conserver, restaurer, remplacer

 

Evolutions, enjeux et transformations du patrimoine – 1913-2013
Séminaire collaboratif INP – HICSA – ED 441

L’objet de ce séminaire de recherche est d’aborder, sous plusieurs angles thématiques, les profondes mutations observées dans le domaine de la restauration et de la conservation du patrimoine culturel au cours des cent dernières années. Il se déroule dans le cadre du rapprochement entre l’Institut national du patrimoine, l’équipe HiCSA, dirigée par Philippe Dagen, et l’ED 441 dirigée par Dominique Poulot, entre lesquels s’est forgé le projet commun de créer une mention nouvelle « Restauration et conservation du patrimoine » pour le doctorat en histoire de l’art délivré par Paris I.

27 mai 2013, 18h-20h – Institut national du patrimoine / Salle Lenoir – Mérimée

Dans le cadre du séminaire organisé par l’Institut national du patrimoine, en association avec l’Ecole doctorale en histoire de l’art de l’Université Paris 1 (ED 441), cette séance sera coordonnée par Sigrid Mirabaud, responsable du laboratoire du département des restaurateurs du patrimoine. Il y sera question de deux problématiques majeures en Art Contemporain, relatives aux matériaux plastiques : leur dégradation et leur obsolescence.

Que faut-il faire devant une œuvre ou une installation présentant des éléments plastiques très dégradés ou d’autres devenus obsolètes, introuvables sur le marché. Quel est le statut de ces éléments dans l’œuvre ? Pouvons-nous trouver des moyens de les conserver, voire de les restaurer, ou faut-il songer à les remplacer, pour garder à l’œuvre une cohérence de sens. En ce dernier cas, par quoi peut-on les remplacer ?

Interventions d’Agnès Lattuati-Derieux, CRCC ; Gilles Barabant, C2RMF département restauration ; Cécile Dazord, C2RMF département recherche ; Marie-Hélène Breuil, Ecole supérieure des beaux-arts de Tours, cursus conservation-restauration des œuvres sculptées.

Horaire et lieu :

 

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ; Chargée de l'art contemporain et notamment de l'étude des phénomènes d'obsolescence technologique

More Posts - Website

Restaurer l’écrit

« Les valeurs de l’écrit » Restaurer

EHESS, Paris Centre d’anthropologie de l’écriture
Séminaire 2012- 2013 :
Journée d’étude co-organisée par C. Bustarret, P. Falguières, B. Fraenkel et Y. Potin
jeudi 23 mai 2013, 10 h – 17 h, salle 587 (B, 5 étage)
190-198 Avenue de France 75013 Paris

« L’objet écrit a plusieurs vies. Qu’il s’agisse d’un manuscrit autographe, d’une affiche, d’une stèle gravée et de bien d’autres, la valeur d’un écrit varie. Lorsqu’un document est collectionné, il change de statut, il acquiert notamment une valeur vénale. Il devient susceptible d’être exposé, vendu et si besoin restauré. À l’arrière plan de ces pérégrinations, existent un marché, des experts, des évènements qui influent sur l’attribution de valeurs aux écrits et sur leur circulation. Le séminaire sur quatre opérations significatives : collectionner, exposer, commercer, restaurer. Il sera organisé en quatre journées d’études réunissant des chercheurs, des professionnels, des artistes et des étudiants. »
Yann Potin (Archives nationales, AdE) : « Enjeux de la restauration des écrits »
Denise Ogilvie (Archives nationales) : « Restaurer/découvrir : inscription matérielle de
l’écrit administratif ».
Mélanie Curdy (Restauratrice indépendante de peintures de chevalet et de peintures
murales) : « Des noms sur des murs. L’étude et la restauration des graffiti d’internés au
camp de Drancy »
Catherine Cottin (Archives de l’Orne) : « De la restauration à la numérisation : pratiques
aux Archives départementales de l’Orne ».
Pause déjeuner
Marie Christine Enshaïan (Restauratrice d’art graphique Musée Picasso, chargée de la
conservation préventive) et Emilia Philippot (Conservatrice au Musée Picasso) : « La ligne
dessinée, la ligne écrite, l’imprimé chez Picasso. La problématique de restauration d’un
papier imprimé dans un collage cubiste ».
Cécile Dazord  (Conservatrice chargée de l’art contemporain, C2RMF) : « Conserver des
œuvres intégrant du ‘néon’»
Ann L. Stoler (Professeur, New School, New York) : « Conclusion : Autour d’ Imperial
Debris : On Ruins and Ruination (Duke University Press) »

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ; Chargée de l'art contemporain et notamment de l'étude des phénomènes d'obsolescence technologique

More Posts - Website

Ecrire au néon

Table ronde à la Maison rouge

Fondation Antoine de Galbert, jeudi 10 mai 2012 à 19h 

À l’occasion de l’exposition Néon, Who’s afraid of red, yellow and blue ? 17 février – 20 mai 2012, Commissariat : David Rosenberg

Modération : Béatrice Fraenkel, Directrice d’études EHESS, Chaire « Anthropologie de l’écriture »
Abdou-Fataï Abiola, néoniste, meilleur ouvrier de France
Cécile Dazord, Conservatrice du patrimoine, Département recherche (art contemporain) du Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF)
Benjamin Thorel, critique d’art et commissaire indépendant
Su-Mei Tse, artiste

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo : Détail néon, 2012 © Cécile Dazord

Parmi les œuvres exposées à la maison rouge, nombreuses sont les écritures au néon. Elles appartiennent à l’histoire méconnue des écritures lumineuses, d’abord pyrotechniques — faites de bougies, de torches, de feux d’artifice et autres — et plus récemment électriques, à base d’ampoules ou de diodes. L’arrivée des tubes de verre remplis de gaz rares, véritables « encres gazeuses », rouge, violet, jaune, a marqué une étape décisive.

L’écriture au néon procède d’une mimétique originale. Le tube est proche du trait sans en avoir toutefois la cursivité ; les pleins et les déliés manquent. De même, le tube se prête mal au traçé de grandes capitales angulaires de type monumental. L’écriture au néon décline un lettrage spécifique, invente des graphismes « macaroniques », ni solennels ni intimes. Un artiste comme Théo Van Doesburg dessinera pour l’Aubette à Strasbourg (1928) « une sévère écriture rectangulaire » applicable aussi bien à l’intérieur du bâtiment que pour la « réclame en néon lumière » de la façade.En regardant de près les œuvres exposées à la maison rouge on s’interroge : comment écrit-on au néon ? Quelles sont les contraintes auxquelles se confrontent les néonistes ? Quels types de projets leur proposent les artistes et comment y répondent-ils ?
Et du côté des artistes : quels dialogues s’engagent avec les artisans néonistes ?
Enfin : Comment vivent les écritures au néon dans le temps ? Quelles problématiques de conservation et de restauration soulèvent-elles ?

 

 

Cécile Dazord

Conservatrice au C2RMF, Département recherche ; Chargée de l'art contemporain et notamment de l'étude des phénomènes d'obsolescence technologique

More Posts - Website